25 % des salariés sont déjà tombés amoureux au travail

Article mis à jour le 

Un quart des salariés seraient déjà tombés amoureux au travail
Un quart des salariés seraient déjà tombés amoureux au travail

Un salarié sur quatre affirme être déjà tombé amoureux sur son lieu de travail, d’après un sondage OpinionWay commandé par J’aime ma boîte, Le Parisien Économie et RTL. Une information rendue publique lors de la 13ème édition de la fête des entreprises

L’amour se cache-t-il du côté de la machine à café ? D’après un sondage OpinionWay, 25 % des salariés seraient déjà tombés amoureux dans leur entreprise. Mieux : 7 % des personnes interrogées affirment avoir déjà croisé Cupidon à plusieurs reprises au travail. Reste qu’en matière d’amour au bureau, hommes et femmes ne sont pas logés à la même enseigne : 29 % des hommes soulignent ainsi avoir déjà eu une histoire d’amour au travail, contre 21 % des femmes. À noter par ailleurs que l’Île-de-France est la région où de tels scénarios se produisent le plus couramment : 35 % des employés y ont déjà rencontré quelqu’un de cette façon.

 

Des salariés cherchant à se faire apprécier de leur patron

Reste que davantage encore que l’amour, la chose que recherchent le plus les salariés est de se faire aimer par leur entourage professionnel. Selon le sondage, 72 % des employés soulignent leur désir de se sentir aimés de leur patron, et même 76 % dans le cas des collègues. Une condition sine qua non d’après eux pour faire preuve d’efficacité au travail. À l’inverse, néanmoins, tout juste un peu plus de la moitié (51 %) indiquent apprécier leur patron.

En outre, 66 % des salariés disent aimer leur boîte. C’est 4 points de moins que l’an passé. Enfin, les salariés évoquent l’intérêt du travail (44 %), l’autonomie et l’ambiance (28 %), l’équilibre entre vie pro et vie personnelle (27 %) et les perspectives de carrière (13 %) lorsqu’il est question de leur motivation. Toutefois, 42 % d’entre eux jugent que leur entreprise ne tient compte ni ne valorise leurs initiatives et propositions.

 

Sources : lci, europe1