L'Alien dessiné par H.R. Giger a son équivalent réel... en poisson

Article mis à jour le 

En haut le dragonfish, en dessous l'Alien imaginé par H.R. Giger...
En haut le dragonfish, en dessous l'Alien imaginé par H.R. Giger...

Cette découverte a de quoi faire frémir. L’effrayant monstre du film Alien existe pour de vrai sous la forme d’un… poisson. Vivant dans les profondeurs abyssales, le "black dragonfish" est dans une certaine mesure la réplique exacte de l’alien imaginé par H.R. Giger.

Au cœur des mers et des océans se trouve une grande variété de poissons incroyables. Et c’est à 2 000 mètres de profondeur que des chercheurs ont trouvé le "black dragonfish", la version animale du monstre légendaire du film Alien.

 

Le “black dragonfish”

Également connu sous le nom scientifique d’"Idiacanthus atlanticus", le "black dragonfish" vit à 2 000 mètres de profondeur dans les eaux subtropicales. Comme toutes les autres créatures abyssales, ce poisson à la tête d’alien produit sa propre lumière grâce à des organes luminescents présents sous ses yeux. À la différence des autres poissons des profondeurs, il est capable d’émettre une lumière bleue ou rouge en fonction de son environnement. Grâce à ses super-yeux, le "black dragonfish" peut traquer ses proies alors que les autres créatures doivent se contenter de les attirer avec leur lumière.

Autre particularité de cette créature : la différence de taille entre les mâles et les femelles. Atteintes de dysmorphisme sexuel, les femelles font 40 cm de long et disposent d’une dentition incroyable. Les mâles pour leur part ne font que 5 cm, sont édentés et n’ont pas de système digestif.

Si la nature ne semble pas avoir gâté ces poissons, sachez qu’ils ne ressemblent pas à un alien à la naissance. Aux premiers jours de leur vie, les "black dragonfish" s’apparentent à des larves avec des yeux comparables à des tiges et très écartés de leur corps. Ce n'est ainsi qu'en grandissant qu’ils se mettent à ressembler au monstre du film de science-fiction de Ridley Scott...

 

Sources : sciencesetavenir, sciencepost