Alliance Apple/Intel : la séparation ?

Article mis à jour le 

Six ans après l'apparition du premier micro-processeur Intel dans un iMac (2006), qui rendait alors possible l'installation de Windows sur Mac, Apple serait sur le point de prendre congés du premier fabricant mondial de semi-conducteurs.  

Selon l'agence de presse Bloomberg, la firme de Cupertino pourrait prochainement divorcer d'Intel, dont les puces équipent l'ensemble des modèles d'ordinateur depuis 2006. Apple aurait récemment choisi de produire ses propres microprocesseurs, à l'image de ceux équipant les iPhone et iPad (ARM). D'après les ingénieurs de la firme, les récents progrès réalisés sur les Smartphones et tablettes amènent à penser que les processeurs made in Apple pourraient très prochainement devenir suffisamment puissants pour convenir à un ordinateur.

Au-delà de la dimension purement technique, le choix pourrait s'avérer stratégique pour la firme de Cupertino. Elle pourrait ainsi faire bénéficier ses différents appareils d'une convergence élargie et générer des synergies industrielles supplémentaires.

Dans un communiqué, Intel a fait savoir que cette hypothétique séparation n'était pas à l'ordre du jour et ne reposait que sur de simples suppositions issues de la communauté des fans de la pomme. Quoiqu'il en soit, le départ d'un client comme Apple n'aurait toutefois que peu de portée pour Intel. Sur les douze derniers mois, la firme de Cupertino n'a vendu que 12,5 millions de Mac là où les ventes de PC atteignent 380 millions d'unités.

En réponse au communiqué d'Intel, l'agence de presse Bloomberg persiste et confirme qu'Apple s'apprêterait à se séparer du constructeur de microprocesseur. Toujours selon Bloomberg, un processeur ARM dotée des puces maison A5 et A6 serait même en préparation chez Apple. De quoi alimenter une nouvelle fois la rumeur du rapprochement des environnements MacOS (iMac, MacBook, Mac Pro, etc.) et iOS (iPhone, iPad, iPod Touch).