Un avion de ligne évite un drone de justesse près de Roissy

Article mis à jour le 

Les drones sont de plus en plus considérés comme un vrai danger pour les avions de ligne...
Les drones sont de plus en plus considérés comme un vrai danger pour les avions de ligne...

Les passagers du vol Air France Barcelone-Paris ont manqué in extremis d’entrer en collision avec un drone, le 19 février dernier. C’est ce que rapporte un rapport du BEA rendu public le 3 mars.

Le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses pour la sécurité de l’aviation civile a mis en évidence jeudi 3 mars un incident auquel a échappé de justesse un vol Air France Barcelone-Paris, le 19 février dernier. Alors que l’appareil approchait l’aéroport de Roissy, ce dernier a frôlé un drone. Selon le rapport du BEA, le commandant estime que l’engin est passé à environ cinq mètres en dessous de l’aile gauche de l’avion. Le communiqué a parlé d’"incident grave", même si peu de détails émanent du rapport.

Concrètement, le co-pilote a été contraint de déconnecter le pilotage automatique afin de réaliser une manœuvre, et ce, tout en indiquant dans le même temps au commandant la présence du drone. L’incident n’a que modérément gêné la manœuvre de l’A320, qui a été en mesure de se poser comme prévu 5 500 pieds (1 700 m) plus bas sur une piste de l’aéroport de Roissy.

 

Un phénomène en recrudescence qui suscite l’inquiétude

Bien qu’aucun élément ne permette de savoir quelle était la taille du drone, ce fait divers a de quoi provoquer l’inquiétude. Et pour cause : les drones n’ont pas l’autorisation de voler à proximité des aéroports ni de survoler des zones habitées. D’autre part, ceux-ci ne doivent pas dépasser un plafond de 150 mètres, tout en restant à portée de vue de leur opérateur. Une enquête a été ouverte afin d’éclaircir l’incident.

Reste que ce phénomène n’est pas isolé : à l’automne 2014, des survols de centrales nucléaires ou de la capitale par des drones de loisir ont été observés. L’Association internationale du transport aérien (Iata) considère pour sa part que les drones civils représentent une "menace réelle et croissante" pour la sécurité des avions de ligne. De nombreux pilotes ont en effet dernièrement rapporté des cas similaires, avec des drones croisés à basse altitude non loin d’aéroports. Or, une collision pourrait parfaitement entraîner un crash ou toute autre catastrophe aérienne.

 

Sources : lemonde, republicain-lorrain

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : vos droits