Des nouvelles de Fukushima

Article mis à jour le 

Des cochons sauvages ont envahi Fukushima
Des cochons sauvages ont envahi Fukushima

Les autorités japonaises s’inquiètent de l’invasion de sangliers dans les environs des réacteurs nucléaires de Fukushima. Ce phénomène avait déjà été constaté à Tchernobyl, en Ukraine.

D’après les chiffres publiés par les autorités japonaises, la population de sangliers à Fukushima aurait accru de 13 000 individus en 2016 contre 3 000 en 2014. Ces animaux sauvages seraient issus des sujets contaminés par les incidents de 2011.

Une invasion des zones abandonnées

Selon Okuda Keitokunin, des ratons laveurs et des sangliers ont trouvé refuge dans les maisons abandonnées après les incidents nucléaires provoqués par le tsunami en 2011. Ces animaux seraient hautement radioactifs du fait de la contamination de leurs parents, mais aussi des racines dont ils se nourrissent sur le site.

Des risques de contamination des environs

Ces sangliers sont de plus en plus nombreux et commencent à s’éloigner du site, contaminant à leur tour les terres agricoles. Face à cette situation, les autorités nippones autorisent les agriculteurs et les fermiers à tirer à vue. Malheureusement, les fosses communes sont pleines dans les environs de Fukushima. Les paysans sont donc obligés d’incinérer les animaux tués, ce qui présente des risques de contamination élevés.

 

Sources: sciencesetavenir, thetimes

Cet article a recueilli 3 avis. 67% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : nature