Diesel : Bruxelles assouplit les normes d'émission malgré le scandale

Article mis à jour le 

L'UE va assouplir ses règles en matière d'émission de gaz polluant inhérent au diesel
L'UE va assouplir ses règles en matière d'émission de gaz polluant inhérent au diesel

Malgré le scandale Volkswagen, l’Union européenne a assoupli les règles en matière d’émission de gaz polluant par les voitures diesel. Annoncées mercredi dernier, les nouvelles normes seront applicables à partir de septembre 2017. La marge de tolérance pour l’émission de gaz polluant sera relevée de 110%.

Au regard des difficultés d’application de son calendrier de réduction des émissions de gaz polluant, l’UE vient d’adopter des règles plus souples concernant les voitures diesel. Mercredi, Bruxelles a décidé de relever les seuils d’émission pour les moteurs diesel en situation de conduite réelle.

Malgré le scandale du logiciel espion de Volkswagen, le législateur s’est rendu compte des limitations techniques de l’amélioration des moteurs diesel. Le comité technique a annoncé dans un communiqué que le nouveau calendrier de réduction des émissions sera plus souple. Ce nouveau programme se déroulera en deux étapes durant les 6 prochaines années.

Des normes plus réalistes

Le taux d’émission d’oxyde d’azote sera relevé de 110 % pour les véhicules en circulation à partir de septembre 2017. Cette même règle sera applicable aux voitures neuves en 2019. Pour information, la législation européenne en vigueur limite l’émission de gaz à 80 mg/km, un seuil que l’ensemble des constructeurs ne peut atteindre actuellement.

À partir de janvier 2020, ce seuil sera ramené à 1,5 fois le taux actuel. “L'accord trouvé sur la divergence autorisée entre la limite autorisée mesurée en condition réelle de conduite et celle mesurée en laboratoire représente quand même une baisse significative comparée à la différence actuelle”, précise la commission.

De nouvelles méthodes de mesure

Le processus suivi pour aboutir à ces nouvelles règles a commencé en 2010 lorsque des écarts ont été constatés sur les mesures en laboratoire et en condition réelle de conduite. Les constructeurs ont ainsi été contraints de jongler avec ces écarts. De plus, les réglementations ne sont pas les mêmes aux États-Unis et en Europe.

À partir de 2016, les méthodes de mesure vont changer avec la mise en place des tests systématiques en condition réelle de conduite. Ainsi, les véhicules diesel devront passer les tests en laboratoire et sur route avant de recevoir leur homologation.

 

Sources lepointleparisien