Drones : ont-ils le droit d'aller partout ?

Article mis à jour le 

Un drone peut-il voler n'importe ou ?
Un drone peut-il voler n'importe ou ?

Dimanche 17 avril 2016, un Airbus A330 de la compagnie British Airways semble avoir percuté un drone au moment d’atterrir à Londres. Bien que de nombreux cas d’effleurement aient été relevés depuis quelques années,  c’est la première fois qu’une réelle collision a lieu. La circulation des drones et la menace qu’elle constitue pour la sécurité aérienne est donc de plus en plus discutée.

Qu’est-ce qu’un drone ?

Un drone, ou bourdon en français, est un engin volant non habité qui est télé-piloté. Il existe principalement trois sortes principales de drones :

les drones civils professionnels. Ils peuvent être utilisés pour effectuer des relevés techniques (pollution…), de l’imagerie (photos ou reportages),à des fins purement agricoles (établir les besoins de plantations etc…), ou encore pour aider la police et sauver des vies, pratique !

les drones de loisir, utilisés exclusivement par les aéromodélistes et compétiteurs ;

les drones militaires, comme le MQ-1 Predator par exemple, mis en service par la United States Air Force (USAF).

Au vu de ces différentes fonctions et usages, les drones peuvent être de la taille d’un insecte ou mesurer 16 m de long. Leurs prix varient d’une dizaine à plusieurs millions d’euros…

Quels sont les droits actuels des drones en matière de déplacement ?

Les drones, évoluant dans l’espace aérien, sont soumis à la réglementation applicable à l’aviation civile. Voici donc les principales règles à respecter si vous possédez un drone :

- le drone ne doit survoler ni des personnes, ni des sites sensibles, ni des sites d’accidents ou d’incendies ;

- le drone ne doit pas être utilisé au-dessus de l’espace public en agglomération ;

- le drone ne doit pas dépasser une altitude de 150 m ;

- le drone ne doit pas être utilisé à proximité d’un aérodrome ;

- le drone doit rester dans le champ de vision du télé pilote pour éviter toute collision ;

- le drone ne doit pas être utilisé la nuit ;

- la vie privée d’autrui doit être respectée ;

- le télé pilote ne doit pas être à bord d’un véhicule en déplacement ;

- les photos ou vidéos prises à l’aide de votre drone ne doivent pas être diffusées dans un but commercial ou sans l’accord des personnes concernées.

Si vous avez un doute, consultez toutes les règles concernant l’usage des drones sur gouv.fr. Vous pourrez alors éviter un an de prison et 75000 € d’amende !

En cas de collision avec un avion, peut-il y avoir un risque pour les passagers ? Comment le prévenir ?

Le principal risque serait  la collision d’un drone avec les réacteurs de l’avion.

Malheureusement, les radars utilisés par la circulation aérienne ne peuvent pas détecter ce type d’appareil, trop petit et volant à trop basse altitude.  Cependant, suite aux nombreux survols des centrales nucléaires, monuments emblématiques, ou encore sites militaires, L’Etat français serait en train de réfléchir à des outils de détection anti-drones permettant de les repérer. Plusieurs solutions seraient alors envisagées comme le recours à un radar, la détection sonore ou thermique, ou encore la caméra laser permettant d’identifier les plus petits d’entre eux.

De nombreux pays planchent sur ce sujet, certains faisant appel à des solutions plutôt insolites. C’est le cas des Pays-Bas, par exemple, où les autorités font appel à des aigles dressés pour détecter ce type d’appareils et les ramener au sol, sans dégât.

Parrot a présenté en janvier 2016 au Consumer Electronics Show (CES) son nouveau bijou en la matière, le Disco. Ce drone, sans hélice mais avec des ailes, a simplement besoin d’être « envoyé en l’air » pour se stabiliser à une altitude correcte et voler. Avec sa caméra 14 mégapixels et sa capacité d’atteindre 80km/h en vol, il promet. On n’arrête pas le progrès !

Sources :

lesechos.frlexpress.frlefigaro.fr

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : vos droits