Santé : un lien avéré entre cancers et somnifères ?

Article mis à jour le 

Une étude a démontré que les somnifères peuvent dans certains cas favoriser le développement de cancers
Une étude a démontré que les somnifères peuvent dans certains cas favoriser le développement de cancers

De nouvelles études menées par des chercheurs norvégiens et américains sous-tendent un constat alarmant : la prise de somnifères raccourcirait l’espérance de vie et favoriserait les cancers des voies respiratoires.

Les études conduites par l’Institut de santé publique de Norvège, le professeur Daniel Kripke et d’autres collaborateurs américains ont dévoilé un effet secondaire bien sombre lié à la consommation de somnifères. Trouver le sommeil, oui, mais à quel prix ?

 

Des conclusions alarmantes

Selon les chercheurs norvégiens, la prise constante de somnifères amènerait au développement de cancers des voies respiratoires localisés entre autres dans la bouche, la trachée ou le nez. Pour parvenir à cette conclusion, des analyses ont été menées sur 30 000 personnes durant 20 ans. Le rapport venu de Norvège stipule également que les produits à base de benzodiazépines augmentent considérablement les risques de développer un cancer. L’étude américaine est arrivée aux mêmes conclusions, incluant les barbituriques et les sédatifs antihistaminiques dans la liste des médicaments à risques.

 

Somnifères et mortalité

Face à de tels résultats, il est certain que la prise de médicaments facilitant le sommeil représente plus un danger qu’autre chose. Les deux études révèlent que la prise de somnifères pendant 2 ou 3 ans, soit entre 18 à 132 prises par an, augmenterait les risques de cancer. Certains chercheurs ont souligné que la consommation de ce type de produits combinée au tabagisme augmenterait considérablement les impacts néfastes sur la santé du consommateur.

Bien que les résultats soient alarmants, ces derniers doivent être interprétés avec prudence. Les études ont pour but premier d’informer le public, étant donné qu’en France, près de 4 millions de personnes sont de grands consommateurs de somnifères.

 

Source : medisite, metronews