"Scootlib" : après les Vélib et Autolib, les scooters en libre-service !

Article mis à jour le 

Aperçu d'un scooter en libre-service proposé prochainement par Cityscoot - copuright Cityscoot
Aperçu d'un scooter en libre-service proposé prochainement par Cityscoot - copuright Cityscoot

La société Cityscoot, qui vient d’effectuer lundi ses premiers essais, s’apprête à lancer à Paris un service de scooters en libre-service. Un dispositif qui n’est pas sans rappeler celui des Vélib et des Autolib.

Bien décidée à limiter la pollution de l’air, la mairie de Paris va lancer – dans un premier temps à titre expérimental – un système privé de scooters 100 % électriques le 30 juin. En pratique, ce dispositif baptisé Cityscoot permettra la location de scooters en libre-service. Contrairement aux Vélib et Autolib, il ne sera cette fois pas question de bornes sur la chaussée. Mais les usagers devront prendre et rendre les scooters du dispositif à des endroits bien précis, qu’il sera possible de localiser via une application mobile.

À noter qu’au cours de la phase expérimentale, Cityscoot se servira des bornes Autolib afin de recharger ses scooters. Objectif : une ouverture du service au public pour janvier 2016, avec environ 1 000 appareils accessibles petit à petit. Tous blancs, ces scooters seront bridés à 45 km/h et disposeront d’une autonomie comprise entre 60 et 100 km. Tandis qu’un système de géolocalisation embarqué permettra de situer les utilisateurs à deux mètres près.

 

Comment ça va marcher ?

L’inscription pourra être effectuée par smartphone ou via Internet. Même si la première fois, une photocopie du permis de conduire ou du BSR, et de la carte d’identité, seront réclamées. Une formation rapide pourra être proposée si nécessaire. Via l’application smartphone, l’utilisateur n’a une fois inscrit qu’à sélectionner le scooter le plus proche pour officialiser sa réservation, et dispose ensuite de 15 minutes pour aller le chercher. Dans la foulée, un code lui est transmis par téléphone afin de déverrouiller le scooter en question. L’utilisateur doit ensuite s’équiper du casque placé sous le siège de l’engin. Casque qui devra systématiquement être remis en place pour mettre fin à une utilisation.

Aucune restriction ne sera appliquée quant aux zones praticables, si ce n’est que la restitution devra se faire à des endroits préétablis. Côté prix, il faudra compter 3 euros les 15 minutes.

 

Sources : rtl, leparisien, 20minutes