Brochets exotiques

Une silhouette inquiétante présente dans presque toutes les eaux du monde
Une silhouette inquiétante présente dans presque toutes les eaux du monde
Il existe 5 espèces de brochets qui sont réparties en Amérique, en Asie et en Europe.


Le plus grand de tous, le maskinongé

Maskinongé, c'est un mot québécois qui viendrait du fait qu'il a la gueule effilée, le "masque allongé".
Le maskinongé (Esox maquinongy) est le plus grand des ésocidés, c'est un habitant des grands lacs américains ainsi que des rivières.
Le maskinongé atteint la très belle taille de 1,83 mètre pour le poids non moins respectable de 40 kilogrammes.
Il se différencie des autres membres de la famille par sa robe plus unie et ne présentant pas de marbrures, ou alors très peu marquées. Le dos est olive à sombre et les flancs sont brun jaunâtre. Il peut cependant se confondre avec l'hybride maskinongé-brochet que l'on appelle tiger muskie. Ce dernier possède des bandes plus marquées sur les flancs.

Ce gros prédateur consomme des proies de grande taille et peut gober sans mal un rat musqué ou un oiseau d'eau. Les grenouilles et les serpents sont également consommés. Ses proies favorites sont cependant les poissons osseux et les gros spécimens ne le rebutent pas.

La reproduction du maskinongé se déroule comme celle des autres ésocidés. C'est de février à mai que l'on observe les regroupements des adultes dans des zones peu profondes. Les oeufs sont adhésifs, il n'y a pas de soins parentaux. Ils libèrent une larve qui, après résorption de la vésicule vitelline, s'attaque aux crustacés, principalement les copépodes et les cladocères. Les juvéniles passent très vite à des proies plus grosses, les larves d'insectes d'abord, puis les petits poissons. Le maskinongé est cannibale est les jeunes se dévorent entre eux si la nourriture vient à manquer. C'est de nouveau une caractéristique commune à tous les membres de la famille.

Le brochet maillé

Brochet maillé
Brochet maillé

Le brochet maillé (Esox niger) se distingue des autres espèces de la famille par son dos et sa tête plus bombés et sa robe très caractéristique. Cette dernière se présente sous la forme d'un maillage vert foncé sur un fond jaunâtre. Le dos est plus sombre et le ventre blanchâtre. Le brochet maillé se rencontre sur la côte Est de l'Amérique du Nord. Il vit le plus souvent dans les zones à végétaux des étangs, rivières et marais. Ce brochet supporte mieux la chaleur et les eaux pauvres en oxygène que le maskinongé et habite plus volontiers les petites rivières. Son aire de répartition descend d'ailleurs beaucoup plus au Sud que celle d'Esox maquinongy et inclut le bassin du Mississippi. C'est un animal territorial qui chasse en solitaire. Il atteint 1 mètre.

Les plus petits brochets

Brochet d'Amérique
Brochet d'Amérique

Il existe deux autres brochets nord-américains qui n'atteignent pas la taille de leurs cousins : le brochet vermiculé, Esox americanus vermiculatus, et le brochet d'Amérique, Esox americanus americanus. Il s'agit donc de deux sous-espèces d'une unique espèce, Esox americanus.
Le brochet vermiculé est le plus petit, il ne dépasse guère 25 cm pour un poids maximal d'une livre. Son dos est sombre et les flancs présentent une alternance de marbrures sombres et jaunâtres. Une bande sous-orbitaire sombre et horizontale et une bande horizontale post-orbitaire traversent le crâne.
Le brochet d'Amérique atteint 40 cm et se reconnaît à son museau assez court. Une bande sous-orbitaire est également présente, mais la robe est globalement moins marbrée que celle du brochet vermiculé. Le dos est olive à noir et les flancs sont plus jaunâtres.

Un amour de brochet

Brochet amour
Brochet amour

Enfin, la cinquième espèce de brochet porte un très joli nom : le brochet amour. Esox reichertii, de son nom scientifique, habite en effet les rivières du système Amour, à l'est de l'Asie.
Ce très beau brochet se distingue immédiatement des autres Esocidés par sa superbe robe ponctuée. Le dos est brun clair, les flancs sont parfois gris bleuté et le ventre blanchâtre, l'ensemble du corps est recouvert de points noirs. Il présente les mêmes caractéristiques biologiques que les autres brochets.
Il peut atteindre 1 mètre mais devient trapu avec l'âge puisque le poids maximal recensé est de 16 kilogrammes.

Les umbridés

Dallia pectorallis
Dallia pectorallis

Il n'existe que peu d'espèces de brochets dans le monde mais on connaît d'autres poissons étroitement apparentés à ces carnassiers. Ces poissons appartiennent à la famille des Umbridés et, contrairement à ce que l'on aurait pu croire, ce sont de petits animaux (au maximum une trentaine de centimètres). L'espèce présentée ci-contre se nomme Dallia pectoralis, elle présente la morphologie typique des Umbridés dont toutes les espèces se rencontrent dans l'hémisphère nord. Bien que très différents, Esocidés et Umbridés sont assurément apparentés comme le prouvent certains caractères anatomiques partagés, en particulier la présence d'une nageoire dorsale en position reculée et d'un maxillaire totalement édenté, alors même que les mâchoires montrent de nombreuses dents.

Le brochet africain n’est pas un brochet

"Brochet" africain
"Brochet" africain

Hepsetus odoe est une espèce africaine dont la morphologie générale évoque celle du brochet. Son nom commun est d'ailleurs brochet africain, mais attention, il n'appartient pas du tout à la famille des brochets, les Esocidés.
Hepsetus odoe est un carnassier qui a acquis par convergence la forme d'un brochet mais qui appartient à un groupe totalement différent, les Characiformes, comme le montre la présence d'une petite nageoire adipeuse. C'est donc un parent du piranha ou encore du dourado. Il faut donc se méfier de cette dénomination, ce n'est pas un brochet.

Article réalisé par Arnaud filleul et Jean-Pierre Fleury.