Cheminée insert : quels avantages ?

Cheminée à foyer fermé
Cheminée à foyer fermé
Faire poser un insert dans une cheminée permet de gagner en pouvoir de chauffe et en autonomie. La cheminée devient un véritable appareil de chauffage pouvant chauffer toute la maison si elle est couplée avec un système de récupération de chaleur.


Insert de cheminée : définition

Comme son nom le laisse supposer, l'insert de cheminée est prévu pour s'encastrer dans le foyer d'une cheminée ouverte.

Selon les cas, l'insert s'installe après coup dans une cheminée existante ou alors en même temps que la cheminée de façon solidaire (autrement dit d'un seul bloc). L'on parle alors de foyer fermé. Il s'agit en fait le plus souvent d'un poêle à bois que l'on habille d'une cheminée. Dans les deux cas, l'insert de cheminée permet de fermer l'âtre de la cheminée.

En pratique, l'insert se présente sous la forme d'un bloc de fonte sur l'arrière tandis que sur l'avant, il se compose d'une ou de plusieurs vitres en vitro-céramique selon la forme de la cheminée. La partie en fonte est architecturée autour d'une double paroi. Ce double fond est l'atout efficacité de l'insert.

En effet, entre la paroi extérieure et la paroi intérieur, un courant d'air circule. Froid au départ en dessous de la cheminée, l'air se réchauffe au contact de la chaleur du feu en montant. L'air réchauffé est ensuite diffusé dans la pièce (ou les pièces si un système de récupération de chaleur est installé) via la partie haute de l'insert. Cette construction spécifique à double paroi permet de doubler la source de chaleur : l'une est obtenue par convection grâce à la circulation d'air chaud dans l'insert (c'est le rayonnement) et l'autre est obtenue par conduction via la diffusion de la chaleur de l'air circulant entre les parois de fonte de l'appareil.

La fermeture du foyer par l'ajout d'un insert potentialise ainsi le pouvoir de chauffe du bois consommé. La chaleur se concentre dans l'âtre. La combustion se fait sans effort et sans fumée grâce à une arrivée d'air modulable située en dessous de l'âtre. L'ouverture du foyer se fait en ouvrant la porte vitrée à l'avant ou pour certains modèles, en relevant entièrement les vitres par un système à crémaillère.

Avantages de l'insert de cheminée

La cheminée équipée d'un insert a un principal avantage sur la cheminée ouverte : elle potentialise la combustion ! Comment ?

En fait, tout est question d'arrivée d'air ! En effet, là où dans une cheminée ouverte l'air de la pièce vient attiser le feu, il en va de toute autre façon avec un foyer fermé. L'arrivée d'air modulable permet de réguler la combustion. Le tirage optimisé permet de limiter le rejet massif de la chaleur vers l'extérieur. La chaleur se concentre donc dans l'insert ce qui a pour intérêt premier d'améliorer la puissance de chauffe. En moyenne, le rendement est multiplié par 5 avec un insert.

L'autre intérêt de la maîtrise de l'arrivée d'air est de prolonger l'autonomie de la cheminée. Les bûches se consument doucement quand le tirage est au minimum. La cheminée se transforme alors en un véritable appareil de chauffage. Couplée à un système de récupération de chaleur, la cheminée avec insert est capable de chauffer une maison entière. L'air chaud est récupéré et distribué par un système de ventilation à plusieurs points de la maison.

L'autre grand intérêt de la cheminée à insert c'est sa propreté. La fumée et les cendres créées par la combustion sont canalisées dans l'insert. La maison n'est donc plus soumise aux traditionnels enfumages que connaissent bien les propriétaires de cheminée ouverte.

En termes de sécurité enfin, l'insert offre un vrai confort à l'utilisation. Le feu peut tout à fait être laissé sans surveillance. L'insert fermé protège la maison des projections de flammèches et d'un éventuel éboulement des bûches

Cependant, les vitres de l'insert gâchent un peu le plaisir d'un bon feu de bois. Vite encrassées, ces vitres sont souvent le cauchemar des propriétaires d'insert à l'heure du nettoyage.

Quel insert de cheminée choisir ?

Comme nous l'avons vu, il existe deux grandes familles d'insert.

Les premiers s'installent dans une cheminée ouverte existante. Ils ont pour avantage de pouvoir se désolidariser de la cheminée en cas de problème. Assez faciles à installer, ils permettent de garder le bâti d'une cheminée existante. Mais, ce type d'insert souffre souvent d'incompatibilité de dimensions lorsque la cheminée est ancienne.

Les seconds, les foyers fermés, sont solidaires de la cheminée. Ils s'installent donc obligatoirement en même temps que la cheminée. Si la maison avait déjà une cheminée, le bâti devra être démonté pour laisser la place à la nouvelle installation.

En termes de prix, l'insert seul est souvent plus avantageux que le foyer fermé, mais tout dépend bien évidemment du modèle choisi. En effet, sur le marché des inserts, l'on constate de grandes différences de prix d'achat. Quand les premiers prix tombent à moins de 600 € pour un insert, ils peuvent grimper à plus de 4 000 € pour les modèles hauts de gamme. Pourquoi une telle différence de budget ?

En fait, la taille du foyer explique en partie les fluctuations des tarifs mais la différence se base principalement sur le rendement de l'appareil. Ainsi, selon les modèles, la puissance de chauffe peut passer de 10 à 20 kW, pour un rendement variant de 30 à 70%. L'autonomie du foyer fluctue moins en rapport : de 10 à 12 heures selon les modèles.

Pour bien choisir le bon modèle, il est important dans un premier lieu de déterminer qu'elle sera l'utilisation de l'installation. Si l'idée est de transformer l'insert en un véritable instrument de chauffage à l'année, le modèle choisi doit afficher un rendement important. S'il s'agit seulement de faire quelques flambées de temps en temps pour réchauffer les inter-saisons, un modèle moins cher et souvent moins performant suffira.

Nos astuces

Les modèles équipés d'un foyer à post-combustion améliorent de façon non négligeable le rendement de l'appareil (80 à 90 %). Ce type de technologie est assez récente. Elle permet grâce à des arrivées d'air secondaires de forcer les gaz à effectuer plusieurs cycles de combustion avant de quitter le foyer. Cette technologie augmente le rendement et réduit la quantité de cendres et de suies dans le conduit d'évacuation. Seulement, le feu pour grimper en rendement doit être nourri et quasi constant.Au prix d'achat de l'appareil, il convient d'ajouter le coût de l'installation réalisée obligatoirement par un professionnel pour plus de sécurité. Comptez environ 500 € lorsque l’appareil est raccordé à un conduit existant. De 1 000 à 2 000 € s’il faut créer le conduit.Il existe de nombreux modèles d'insert à encastrer et de foyer fermé. Généralement, les foyers fermés offrent plus de looks designs que les inserts à encastrer pour une simple et bonne raison, la cheminée est créée de toute pièce, contrairement à un modèle à encastrer qui ne peut à l'évidence pas s'affranchir du look originel de la cheminée existante.

Cet article a recueilli 21 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".