Sélection des expositions incontournables de la rentrée 2012

Étude pour "Le Miel est plus douce que la sang" [sic] © Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dalí / Adagp, Figueres, Paris 2012
Étude pour "Le Miel est plus douce que la sang" [sic] © Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dalí / Adagp, Figueres, Paris 2012
L'intempérance de Salvador Dali, le flegme trompeur d'Edward Hopper, l'imaginaire chimérique et inextinguible d'Annette Messager, vous voilà face à un programme foisonnant en cette rentrée culturelle 2012, où chaque musée cherche à bénéficier du prestige de son hôte. Si l'essentiel des manifestations se déroulent pour la plupart à Paris, on remarquera cette année quelques réveils notables en régions, qui pourraient même, s'ils se poursuivent à l'avenir, venir chatouiller la souveraineté de la capitale en matière de culture. Pour vous aider à dénicher la perle rare et vous y retrouver parmi les nombreuses expositions en cours et à venir, voici notre sélection des rendez-vous à ne pas manquer.


Les principaux rendez-vous culturels

DalÍ, au Centre Pompidou du 21 novembre 2012 au 25 mars 2013

La réduction de la subvention de l'État pour Beaubourg n'empêchera pas la tenue de l'exposition DalÍ. Évènement, le Centre Pompidou commémore un des artistes les plus influents, controversés, prolifiques et touche-à-tout du 20ème siècle : Salvador DalÍ (1904 - 1989). Chantre de l'excentricité et de la provocation, l'artiste espagnol a marqué durablement au long de sa carrière l'art moderne. Mais celui-là même qu'on connait surtout pour ses peintures de montres molles est un insatiable créateur aux multiples facettes (cinéma, sciences, publicité…). À travers plus de 150 peintures empruntées entre autres au musée Reina Sofia de Madrid et au MoMA de New-York, des films et des enregistrements, DalÍ veut offrir un regard insolite sur la personnalité cabotine du maître. Une exploration intelligente menée par un fin connaisseur, le commissaire d'exposition Jean-Hubert Martin.

Tarif plein : 13 euros

Tarif réduit : 10 euros

Edward Hopper, au Grand Palais jusqu'au 28 janvier 2013

Affiche de l'exposition Hopper © Grand Palais
Affiche de l'exposition Hopper © Grand Palais

On serait tenté de lire dans la peinture d'Edward Hopper (1882 - 1967) cette pointe de naïveté et de candeur que recèlent les mythes et légendes. Pourtant, cette dimension par trop simpliste et fallacieuse cache bien souvent les fantasmes et les rêves les plus complexes. Construction mentale, expression des sentiments dans leur forme la plus brute : aujourd'hui plus qu'hier, les interprétations de l'œuvre d'Edward Hopper sont nombreuses. Pour souligner cette question mystérieuse et ambiguë, le Grand Palais accueille un des peintres les plus importants du 20ème siècle. Un rendez-vous à ne pas manquer.

Tarif plein : 12 euros

Tarif réduit : 8 euros

Les Enfants du Paradis, l'exposition, à la Cinémathèque Française jusqu'au 27 janvier 2013

Affiche de l'exposition Les Enfants du Paradis - © Cinémathèque Française
Affiche de l'exposition Les Enfants du Paradis - © Cinémathèque Française

Désormais classé au patrimoine mondial de l'Unesco, Les Enfants du Paradis de Marcel Carné (1906 – 1996) est un des grands chefs d'œuvre du cinéma, transcendé par un trio indépassable d'acteurs : Arletty, Barrault, Brasseur. Afin de rendre hommage à cette œuvre applaudie dans le monde entier et scénarisée par le grand Jacques Prévert, la Cinémathèque Française retrace au travers d'un parcours fleuve archi documenté (films, documentaires, actualités, musique, affiches, dessins, costumes, scénarios, maquettes), son histoire. De quoi (re)découvrir l'univers ô combien poétique du metteur en scène Marcel Carné et bien sûr la genèse d'un des monuments du septième art.

Tarif plein : 10 euros

Tarif réduit : 8 euros

Chaïm Soutine, l'ordre du chaos, au musée de l'Orangerie jusqu'au 21 janvier 2013

Chaïm Soutine, l'ordre du chaos © Musée de l'Orangerie
Chaïm Soutine, l'ordre du chaos © Musée de l'Orangerie

Quoi de mieux pour célébrer le peintre Chaïm Soutine (1893 – 1943) qu'une rétrospective au musée de l'Orangerie. De quoi mieux saisir cet artiste souvent incompris dont l'œuvre expressionniste rayonna dans le Paris de l'entre-deux-guerres.

Tarif : 7,50 euros

Paris vu par Hollywood, à l'Hôtel de Ville jusqu'au 15 décembre 2012

Audrey Hepburn dans Charade, de Stanley Donen © 1963 Universal Pictures Company © Photo Vincent Rossell / visuel TCD
Audrey Hepburn dans Charade, de Stanley Donen © 1963 Universal Pictures Company © Photo Vincent Rossell / visuel TCD

Tout au long de l'histoire du cinéma, Hollywood n'a cessé de mettre en scène la Ville Lumière, pour lui rendre hommage mais aussi pour lui témoigner sa fascination. De 1900 à 2011, la manière de filmer Paris s'est métamorphosée dans le cinéma américain. Imaginée par l'historien et critique Antoine de Baecque, l'exposition Paris vu par Hollywood retrace la transformation de ce regard et dresse un tableau de l'inconscient collectif américain à travers une centaine de films, d'un court métrage signé Edison au dernier film de Martin Scorsese, Hugo Cabret. Costumes Givenchy portés par Audrey Hepburn, la plus parisienne des britanniques, photos, esquisses préparatoires, plus de 350 documents sont là pour manifester les clichés et les fantasmes qui entourent Paris. Un voyage dépaysant et envoutant, qu'on aurait toutefois préféré un peu plus varié.

Gratuit

Cage's Satie, au MAC Lyon jusqu'au 30 décembre 2012

Initiative suffisamment rare et pertinente pour être soulignée, le Musée d'Art Contemporain de Lyon (alias MAC Lyon) ouvre ses portes au compositeur, écrivain, musicien, pasticien, poète et avant tout artiste John Cage (1912 – 1992). De quoi célébrer comme il se doit cet avant-gardiste américain et son influence cruciale sur la musique contemporaine. Une fois n'est pas coutume, le créateur se livre et témoigne son amour pour le compositeur Erik Satie.

Tarif : 6 euros

Marc Chagall, l'épaisseur des rêves, au musée de la piscine de Roubaix jusqu'au 13 janvier 2013

Non content d'avoir présenté en 2008 une face méconnue de Marc Chagall (1887 – 1985) avec Marc Chagall et la céramique, le musée de la piscine de Roubaix remet le couvert en proposant cette fois-ci une relecture de la carrière du peintre. Pas moins de 200 œuvres de l'artiste, empruntées aux plus grandes collections, y sont exposées. Au programme : la question du volume dans l'œuvre du créateur, à travers sa peinture, sa sculpture mais également au travers de son engagement dans l'art du spectacle. Toiles méconnues, dessins, costumes, céramiques, sculptures, collages, l'exposition Marc Chagall, l'épaisseur des rêves est l'occasion rêvée de (re)découvrir cet artiste majeur du 20ème siècle.

Tarif : 8 euros

Annette Messager, au MAM de Strasbourg, jusqu'au 3 février 2013

Cinq ans après l'exposition fleuve consacrée à l'artiste au centre Pompidou en 2007, l'épouse de l'éminent Christian Boltanski Annette Messager pose ses installations, ses photographies et dessins au musée d'art moderne de Strasbourg. Sobrement sous-titrée Continents noirs, l'exposition interpelle.

Tarif plein : 7 euros

Tarif réduit : 3 euros

CoBrA, au LAAC (Lieu d'Art et d'Action Contemporaine) de Dunkerke, jusqu'au 3 mars 2013

CoBrA renvoie au fameux mouvement artistique créé en 1948 à Paris. Pour rendre compte de l'histoire de ce groupe artistique, le LAAC a regroupé des œuvres (peintures, sculptures, dessins…) réalisées entre 1945 et 1980. Origines, âge d'or, dissolution, héritage : de quoi saisir les tenants et aboutissants de ce mouvement crucial dans l'histoire de l'art sur le plan de l'abstraction et de la figuration.

Tarif : 4,50 euros

Les rendez-vous thématiques

Outre ces expositions blockbusters, on notera aussi quelques rendez-vous thématiques séduisants, parmi lesquels :

Les Jouets Star Wars, première incursion de la saga de George Lucas dans un musée, avec plus de 450 figurines et produits dérivés, au musée des arts décoratifs de Paris jusqu'au 17 mars 2013

L'impressionnisme et la mode, le défilé des peintres, au Musée d'Orsay jusqu'au 20 janvier 2013

Warai, l'humour dans l'art japonais, à la Maison de la culture du Japon de Paris jusqu'au 15 décembre 2012

Les Frères Campana, Barroco Rococo, au musée des arts décoratifs de Paris jusqu'au 24 février 2013

Van Cleef & Arpels, l'art de la Haute Joaillerie, au musée des arts décoratifs de Paris jusqu'au 10 février 2013

Cheveux chéris, Frivolités et trophées, au musée du Quai Branly jusqu'au 14 juillet 2013

Manuel Álvarez Bravo. Un photographe aux aguets (1902-2002), au Musée du Jeu de Paume jusqu'au 20 janvier 2013

Van Gogh, rêves de Japon, à la Pinacothèque de Paris jusqu'au 17 mars 2013

25 ans de créativité arabe, à l'Institut du monde arabe jusqu'au 3 février 2013

Retour à l'intime, la collection Giuliana etTommaso Setari, La Maison Rouge, Paris, jusqu'au 13 janvier 2013

Imaginez l'imaginaire, au Palais de Tokyo jusqu'au 11 février 2013 (et en particulier Fabrice Hyber et son exposition Matières Premières, au même endroit jusqu'au 7 janvier 2013)

Bohèmes, l'exposition, portrait du mythe moderne de la bohème, de Léonard de Vinci à Picasso, au Grand Palais jusqu'au 14 janvier 2013

Fables du paysage flamand. Bosch, Brueghel, Bles, Bril, au Palais des Beaux Arts de Lille jusqu'au 14 janvier 2013

Mais aussi…

Les Arts de l'Islam rayonnent au Louvre © Musée du Louvre - RMN
Les Arts de l'Islam rayonnent au Louvre © Musée du Louvre - RMN

Aborder les expositions phares de cette rentrée 2012, c'est aussi revenir sur les nouveautés proposées par les musées parisiens. Doyen des lieux hautement culturels de la capitale, Le Louvre vient d'ouvrir fin septembre le nouveau département des arts de l'Islam, en chantier depuis 2008. Bénéficiant d'une architecture entièrement repensée et dédiée à la collection islamique, ce dernier offre une expérience monumentale, culturelle et artistique singulière. Un pas en avant décisif, un peu plus de vingt ans après l'inauguration de la Pyramide du Louvre. Une bonne raison de se rendre, une nouvelle fois, au musée du Louvre pour réviser ses classiques.