Soulager une crise d’hémorroïdes : les bons réflexes

Soulager une crise d'hémorroïdes
Soulager une crise d'hémorroïdes
Après 50 ans, une crise hémorroïdaire toucherait une personne sur deux . Même s'ils sont bénins, ces épisodes sont douloureux et invalidants et nécessitent donc une prise en charge rapide.


Que sont les hémorroïdes ?

A l'état normal, les hémorroïdes sont des formations veineuses présentes sur les pourtours de l'anus. Elles participent à la rétention des selles. Mais sous l'effet de l'augmentation du flux sanguin ou d’un relâchement des tissus de soutien, il arrive qu'elles se mettent soudainement à gonfler : c’est la crise d'hémorroïdes, avec son cortège de démangeaisons, une pesanteur anale, de douleurs, voire de saignements.

A faire dès les premiers symptômes d'une crise hémorroïdaire

  • Prenez un anti-inflammatoire type ibuprofène ou des antalgiques comme du paracétamol afin de calmer la douleur. Evitez l'aspirine qui risque d'accentuer les saignements.
  • Pour limiter les irritations et la tuméfaction, appliquez localement une crème contre les hémorroïdes après avoir demandé conseil à votre pharmacien. Ce traitement est à prendre sur une courte période de quelques jours environ. 
 

Consulter quand on a une crise d'hémorroïdes

Il y a certains cas où il est nécessaire de consulter votre médecin :
  • l'apparition de saignement nécessite un avis médical ;
  • s'il n’y a aucune amélioration au bout de trois à quatre jours, consultez votre médecin. Sous anesthésie locale, il pratiquera une petite incision pour diminuer la congestion. Le soulagement est alors immédiat ;
  • mieux vaut également demander un avis médical si la douleur « lance » car il peut alors s'agir d’un abcès. Si elle n'apparaît qu'au moment de la défécation, c'est probablement une fissure anale. Si elle est permanente, c'est sans doute le signe d'une thrombose hémorroïdaire ;
  • quand on est enceinte, les anti-inflammatoires sont contre-indiqués. Pour traiter des hémorroïdes, fréquentes au 3ème trimestre, une petite intervention de la part du proctologue est souvent indispensable.
 

Eviter les récidives hémorroÏdaires

  • Ne laissez pas la constipation s'installer, c'est un facteur déclenchant. Misez sur une alimentation riche en fibres, buvez suffisamment, pratiquez une activité physique régulière et prenez au besoin des laxatifs non irritants dits osmotiques.
  • Evitez les stations assises prolongées. Elles favorisent une pression accrue sur les veines hémorroïdaires et peuvent être à l'origine d'une crise. Levez-vous régulièrement de votre siège et faites quelques pas afin de relancer la circulation sanguine. Ne restez pas trop longtemps aux toilettes. Dans cette position, les muscles de l'anus sont relâchés, ce qui provoque un afflux de sang.
  • Faites des cures de quelques semaines jusqu'à trois mois, de gélules et de décoctions à base de vigne rouge, de camomille, ou encore de marron d'Inde. Ces plantes sont connues pour améliorer la tonicité de la paroi veineuse, tout en exerçant une action anti-inflammatoire et antidouleur.
  • Limitez autant que possible le frottement du papier. Utilisez du savon surgras pour votre toilette, sans toutefois tomber dans l'excès d'hygiène, responsable d'irritation.