“1000 premiers jours”, un programme pour accompagner les parents

Publié le 

"1000 premiers jours", un programme pour accompagner les parents / Istock.com - AleksandarNakic
"1000 premiers jours", un programme pour accompagner les parents / Istock.com - AleksandarNakic

La génération actuelle et celles en route sont l’avenir de l’humanité. Inquiet de former convenablement des citoyens qui prennent leur rôle au sérieux, le gouvernement français a mis en place un programme d’accompagnement destiné aux parents qui attendent un enfant. Baptisé “1000 premiers jours”, il sera dirigé par des experts qui prodigueront des conseils pratiques en matière d’éducation entre autres.

Devenir parents pour la première fois peut paraître effrayant. La plupart des jeunes Français étant encore mal informés sur la question de la parentalité, le gouvernement a mis sur pied un suivi. Ce programme a été annoncé par le secrétaire d’État à la protection de l’enfance, Adrien Taquet. Selon les prévisions, ce nouveau parcours, une sorte de formation pour assumer correctement le rôle de parents, devrait voir le jour en 2020. Zoom sur cette nouvelle.

Le programme “1000 premiers jours”, une formation continue

Accompagner les parents dans l’éducation de leur nouveau-né, le Président Macron y met un point d’honneur. Dans cette optique, un nouveau programme portant le nom de “1000 premiers jours” a été officiellement présenté le 12 septembre dernier à l’Élysée. L’appellation du projet fait référence aux 1 000 premiers jours de l’enfant, à compter du 4e mois de grossesse jusqu’à ses 2 ans et demi. Le parcours, dirigé par le pédopsychiatre Boris Cyrulnik, assistera les parents sur divers plans, notamment la nutrition, la santé et, bien sûr, l’éducation. La commission comptera une vingtaine de médecins et de professionnels experts pour prodiguer ces conseils. Comme quoi, devenir papa, ça s’apprend !

Pour corriger l’inégalité des destins

Le Président Emmanuel Macron a contribué à la mise en place de ce nouveau projet pour la petite enfance afin de combattre le déficit de vocabulaire. Ce problème se manifeste en général très tôt chez les enfants évoluant en milieu défavorisé. Pendant les 1 000 premiers jours indiqués, le cerveau de l’enfant est encore très modulable et développe des millions de connexions neuronales à chaque instant. Ainsi, une erreur commise durant cette période est susceptible d’impacter négativement le citoyen qu’il sera demain. “Afin de lutter contre les inégalités de destin, nous voulons surinvestir cette période où beaucoup se joue”, explique Adrien Taquet. En suivant de près la grossesse et la naissance de l’enfant, toutes les erreurs éventuelles pourront être rattrapées pour assurer un bon développement à l’enfant. Toutes les idées reçues sur l’éducation des bébés seront clarifiées.

Un modèle finlandais

L’idée s’est en grande partie inspirée du système de la Finlande. Au mois de juin dernier, le secrétaire d’État Adrien Taquet et Agnès Buzyn se sont rendus à Helsinki dans le but de se renseigner sur ce sujet. Dans ce pays, à condition que les parents l’acceptent, un suivi régulier comprenant une quinzaine de rendez-vous gratuits s’étend du 4e mois de grossesse à la 2e année de l’enfant. Des visites à domicile sont aussi organisées pour contrôler l’environnement familial et détecter d’éventuels problèmes. À la naissance, une “baby box” contenant des vêtements, des couches lavables et tout le nécessaire pour une centaine d’euros est même offerte aux nouveaux parents.