Environnement : l'alerte de l'ONU sur les 5 000 milliards de sacs plastiques

Publié le 

Environnement : l'alerte de l'ONU sur les 5 000 milliards de sacs plastiques / iStock.com - nikom1234
Environnement : l'alerte de l'ONU sur les 5 000 milliards de sacs plastiques / iStock.com - nikom1234

Dans un rapport publié récemment, l’ONU alerte l’opinion sur la surconsommation de plastique au niveau mondial. De plus, sur les 5 000 milliards de sacs en plastique produits par an, seule une infime partie est recyclée. À ce rythme, les conséquences risquent d’être dramatiques pour l’environnement.

Depuis les années 1950, la consommation mondiale de plastique a augmenté de façon exponentielle. Au fil des années, ce matériau non biodégradable a ainsi généré une quantité ahurissante de déchets. La situation ne semble pas évoluer en dépit du déploiement des campagnes de sensibilisation contre la pollution au plastique. L’ONU a dû, une fois de plus, alerter sur ce fléau lors de la Journée mondiale de l’environnement.

Une situation alarmante

Le 5 juin 2018, lors de la Journée mondiale de l’environnement, l’ONU a publié un rapport dénonçant la surconsommation de plastique dans le monde. Chaque année, 5 000 milliards de sacs en plastique sont mis sur le marché et seule une infime partie est recyclée. Ainsi, en attendant la production industrielle de l’enzyme mangeuse de plastique, ce chiffre représente autant de polluants potentiels pour la planète. De plus, si les habitudes des consommateurs et les politiques de gestion des déchets n’évoluent pas, 12 milliards de tonnes de plastique se retrouveront dans les décharges et l’environnement en 2050. D’après l’ONU, “l’ampleur du défi est décourageante”.

“Depuis les années 1950, la production de plastique a dépassé celle de presque tous les autres matériaux.”, selon le rapport de l’organisation. Les océans ont par ailleurs été utilisés comme une immense décharge, entraînant l’étouffement de l’écosystème marin. Certaines zones marines ont même fini par se transformer en “soupe plastique”, souligne Erik Solheim, le chef d'ONU Environnement. La majorité de ces déchets est constituée d’objets en plastique à usage unique comme les bouchons, les bouteilles, les emballages alimentaires, les couvercles, les sacs de supermarchés, les touilleurs, les pailles, les récipients alimentaires à emporter, les cotons-tiges, etc.

Mesures insuffisantes

Pour mesurer l’ampleur du fléau, utiliser 5 000 milliards de sacs en plastique par an équivaut à en consommer environ 10 millions par minute. Ainsi, “s'ils étaient attachés ensemble, ils pourraient entourer la planète sept fois toutes les heures”, indique le rapport. Pourtant, seuls 9% des milliards de tonnes de plastique produits ont été recyclés et à peine 12% ont été incinérés. Tout le reste a fini dans les rues, les décharges, les canalisations, les océans, etc. En attendant sa décomposition (soit, dans plusieurs siècles), ce polluant continuera de contaminer les sols et l’eau. Selon l’ONU, des particules de microplastique ont même été retrouvées dans le sel de table vendu sur le marché.

Face à l’urgence de la situation, la Grande-Bretagne a déclaré la guerre au plastique. De son côté, une île des Cyclades a banni les pailles en plastique. L’ONU salue de telles initiatives, mais le problème requiert des changements en profondeur dans le mode de consommation actuel. Il est également indispensable de travailler sur des matériaux alternatifs et d’améliorer la gestion des déchets.

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : nature