Étudiants : vous pouvez désormais troquer votre chambre

Publié le 

Étudiants : vous pouvez désormais troquer votre chambre / iStock.com - KatarzynaBialasiewicz
Étudiants : vous pouvez désormais troquer votre chambre / iStock.com - KatarzynaBialasiewicz

De nombreux jeunes souhaitant poursuivre des études supérieures se retrouvent trop éloignés de l’établissement de leur choix. Désormais, ils peuvent échanger leur chambre avec d’autres grâce à la start-up Troctachambre.

Une enquête réalisée par l’Observatoire de la Jeunesse Solidaire révèle que près de 70% des étudiants sont confrontés à des soucis liés au logement. Zoom sur la plateforme Troctachambre leur permettant d’échanger leur chambre.

Echanger sa chambre : une question de praticité 

C’est en 2014 qu’Anne Gestin s’est rendu compte des problèmes rencontrés par sa fille étudiante à l’IUT de Paris. En effet, elle était obligée de passer plus de 3 heures par jour dans les transports en commun pour rejoindre son établissement. Convaincue que d’autres jeunes rencontrent les mêmes soucis en faisant le trajet inverse, elle a eu l’idée de créer une plateforme afin d’aider les étudiants à trouver des logements abordables près de leur établissement. Elle a pu monter son site Troctachambre avec la collaboration de Karine Pathinvo, qui a également fait face à des problèmes de logement lorsqu’elle a voulu poursuivre ses études à Londres.

L'échange de logement dans la pratique

Dans la pratique, Troctachambre permet à un étudiant de loger chez une famille en échange de sa chambre ou de certains services comme le baby-sitting, l’aide aux devoirs ou les courses. Dans tous les cas, les services à rendre et la participation aux charges - qui n’excède pas 100€ par mois - sont précisés dans l’annonce publiée par la famille d’accueil. L’inscription sur le site est gratuite, mais chaque étudiant ayant trouvé un logement par son intermédiaire doit verser 19€ par mois. Ainsi, le loyer d’une chambre trouvée sur la plateforme ne dépasse pas 119€ mensuels.

Un début prometteur pour le troc de chambre

Pour l’instant, les cofondatrices de Troctachambre proposent uniquement leurs services en France, mais ne cachent pas leur souhait de s’ouvrir à l’international. Elles mènent des campagnes marketing pour faire connaître leur start-up dans des grandes villes comme Paris, Nantes, Lille ou Montpellier. Près de 100 établissements affichent aujourd’hui les flyers de Troctachambre et une quinzaine présente le site dans leur pack de bienvenue. D’après Karine Pathinvo, 200 étudiants étaient inscrits sur le site au mois d’août. En outre, les deux entrepreneuses recrutent des familles d’accueil auprès des mairies et des tissus sociaux des villes.

Cet article a recueilli 3 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : immobilier