Journée mondiale de la cuisine italienne : 3 erreurs à éviter

Publié le 

Journée mondiale de la cuisine italienne : 3 erreurs à éviter / iStocck.com-karandaev
Journée mondiale de la cuisine italienne : 3 erreurs à éviter / iStocck.com-karandaev

La gastronomie italienne est l’une des meilleures du monde ! Essentiellement construite sur un régime méditerranéen, elle prône une cuisine régionale influencée par diverses cultures : lombarde, alpine, berbère, autrichienne… L’Italie est reconnue pour ses nombreuses productions traditionnelles telles que le fromage (parmigiano), le vin et les digestifs (grappa), le café et la doyenne qu’est l’huile d’olive. L’art culinaire italien c’est aussi la pasta, la pizza et la gelato. Si la France possède sa gastronomie propre, les Français demeurent friands de cette cuisine qu’ils maîtrisent approximativement. En cette Journée mondiale de la cuisine italienne, découvrez un menu de 3 plats souvent mal cuisinés par les Français et leur vraie recette.

Si vous souhaitez manger véritablement à l’Italienne, évitez la première erreur que font les Français dans la confection du menu. En effet, si en France le menu complet se compose d’une entrée, d’un plat, parfois de fromage et d’un dessert, le menu traditionnel italien est quelque peu différent. Le repas italien est le suivant : antipasti, une entrée unique ou une farandole de petites entrées, primo piatto, un plat de pâte ou un risotto, secondo piatto, un plat de viande ou de poisson, formaggio, dolce, gâteau et fruits, caffè  ou liquore.

Ce menu reste toutefois trop conséquent pour nous, Français, au quotidien. Si votre estomac est dans l’incapacité de le supporter, en contrepartie essayez de reproduire les vraies recettes  d’origine en cette Journée mondiale de la cuisine italienne. Voici 3 plats pour lesquels les Français font des erreurs. Découvrez ensuite leur vraie recette :

Antipasto : la mozzarella di Bufala

Contrairement à la France qui produit la mozzarella avec du lait de vache pour atténuer son amertume, la vraie Mozzarella di Bufala, ou Mozzarella di Bufala Campana, est une spécialité fromagère italienne des Pouilles et du Sud de Rome qui se fabrique à partir du lait entier de bufflonnes. Ce fromage peut varier de 10g à 1kg, la seule condition est de maintenir une peau blanche et lisse comme de la porcelaine et d’avoir un cœur coulant. Les plus petites boules ou torsades sont surtout dégustées en entrée, seules ou accompagnées de tomates.

Attention, si en France la mozzarella (en salade, ou non) a tendance à être assaisonnée avec un trait de vinaigre balsamique ou une sauce de salade verte de type vinaigrette, en Italie la Bufala se sert seulement avec un filet d’huile d’olive de qualité et quelques feuilles de basilic frais. Parce que la mozzarella est déjà conservée dans de l’eau froide et salée, le sel est à proscrire.

Primo piatto : pasta alla carbonara

La pasta alla carbonara est un plat familial italien répandu dans le monde entier et dont la France est friande. Son origine est très discutée même en Italie. Bien que la région du Latium revendique sa création, ces « pâtes à la charbonnière » seraient tout simplement le repas des charbonniers italiens des Apennins qui auraient créé ce plat à partir des produits disponibles en montagne.

Tout comme pour son histoire, la recette possède de nombreuses variantes dont la recette francisée fait partie. Alors que les Français préparent leur carbonara avec de la crème fraîche (ingrédient typiquement français) et déposent un jaune d’œuf à la fin, la recette traditionnelle ne comporte pas de crème mais des œufs battus en guise de sauce. De même, les lardons ne sont qu’une variante de la pancetta. Pour finir, honte à ceux qui saupoudrent leur pasta alla carbonara de gruyère ! Si le parmigiano n’est déjà pas le fromage initial, celui-ci est le comble. Le pecorino (fromage de brebis) est le seule à devoir figurer dans ce plat, à la fois dans les œufs battus et saupoudré sur le dessus. La petite touche finale totalement oubliée est de déposer du poivre noir moulu.

Dolce : tiramisu

Avec la panna cotta, le tiramisu et LE dessert italien par excellence ! Le véritable tiramisu comme on le connaît aujourd’hui ne possède pas d’historique fiable et unique. L’une de ses légendes veut qu’il ait été créé dans sa forme définitive en Toscane, le mascarpone succédant à une sorte de sabayon, au XVIe siècle pour la visite de Cosme III de Médicis qui en fit son dessert favori. S’échappant progressivement de l’Italie, il aurait connu plusieurs variantes dans sa forme et ses ingrédients.

Bien que cela puisse être moins esthétique, le tiramisu est normalement servi sous forme de part carrée et non en verrine, dôme ou même charlotte comme on peut le trouver en France et partout ailleurs. Si certaines recettes proposent de le réaliser en aromatisant le café avec du rhum ou en utilisant des spéculoos par exemple, vous n’êtes pas là dans la recette purement italienne. Le café doit être rehaussé avec une touche de Marsala ou d’Amaretto et le gâteau ne peut être que du biscuit à imbiber de type biscuit à la cuillère ou boudoir. De même, n’essayez pas de remplacer le chocolat amer par des fruits rouges ou du Nutella, vous passerez à côté de ce dessert.

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : cuisine italienne