Les trottinettes électriques bannies des trottoirs de Paris

Publié le 

Les trottinettes électriques bannies des trottoirs de Paris / iStock.com - stsvirkun
Les trottinettes électriques bannies des trottoirs de Paris / iStock.com - stsvirkun

Les trottinettes électriques  sévissent dans les rues de Paris. En seulement quelques mois après leur arrivée sur le marché, environ 100 000 unités ont été écoulées. Face à cette situation, la mairie de Paris a décidé de réagir et de réguler leur utilisation en les bannissant des trottoirs.

Le 3 avril dernier, des mesures radicales ont été votées par le Conseil de Paris en vue de renforcer la régulation des trottinettes électriques circulant librement sur les trottoirs. La mise en place d’une amende ainsi que d’une redevance pour les opérateurs de trottinettes a été décidée.

Une explosion des ventes de trottinettes électriques

Les trottinettes, une solution électrique et un transport écologique, connaissent un véritable essor dans la capitale. Quatre grands opérateurs en vendent, à savoir Lime, Bird, Bolt et Wind. En 2018, les ventes ont augmenté de 129% et la croissance continue. Si le nombre de ces engins circulant dans la capitale est actuellement estimé à 15 000 exemplaires, il pourrait passer à 40 000 d’ici l’année prochaine. La mairie de Paris entend réagir promptement à la situation afin de freiner l’expansion des trottinettes en libre-service. Prônant la sécurité des piétons, cette dernière compte faire signer une charte de bonnes pratiques aux neuf opérateurs de la capitale.

Une redevance annuelle

La municipalité juge nécessaire d’instaurer une redevance annuelle pour ces mêmes opérateurs. “Ces nouveaux services utilisent l’espace public dans un but d’exploitation commerciale”, ajoute-t-elle pour justifier la décision. Une somme de 50 à 65 euros devra donc être versée pour chaque trottinette déployée par l’entreprise. En outre, les sociétés de vente et de location de trottinettes électriques pourraient être appelées à prendre part au financement de nouvelles structures requises par la circulation de ces engins. En effet, Paris a des projets pour les piétons et les cyclistes afin de promouvoir la mobilité. En attendant, la mairie s’accorde le droit de verbaliser les usagers circulant sur les trottoirs et perturbant les piétons. Elle met un point d’honneur à traquer les comportements dangereux de ces derniers.

Une amende pour les trottinettes

La circulation des trottinettes électriques est considérée comme dangereuse et source d’insécurité pour les piétons. Une conduite imprudente pourrait blesser une personne âgée, un enfant ou gêner la libre circulation. Par ailleurs, l’absence d’emplacement spécifique amène les usagers à stationner leur trottinette de façon anarchique, perturbant ainsi les parents à poussette, mais aussi les personnes à mobilité réduite. De ce fait, une amende de 135 euros est prévue pour les personnes circulant en trottinette sur les trottoirs, et ce, au moindre dérapage. Les stationnements sauvages seront, quant à eux, sanctionnés à hauteur de 35 euros. Ces mesures devront être débattues au mois de juin à l’Assemblée nationale en vue de leur application au mois de juillet. Pour l’heure, les vélos en libre-service sont disponibles et constituent une bonne alternative.

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : loisirs divers