Vie pro : arrêter de procrastiner grâce à l'effet Zeigarnik

Publié le 

Vie pro : arrêter de procrastiner grâce à l'effet Zeigarnik / iStock.com - Steve Debenport
Vie pro : arrêter de procrastiner grâce à l'effet Zeigarnik / iStock.com - Steve Debenport

Que ce soit tout au long du parcours estudiantin ou au bureau, procrastiner est inévitable. Cependant, l'effet Zeigarnik pourrait être d'un grand secours au travail. Tour d'horizon de cette méthode peu conventionnelle.

Outre ces 5 conseils pour améliorer votre autodiscipline et l’arrêt de la procrastination, l'effet Zeigarnik est un excellent moyen pour une bonne productivité au bureau. Il suffit d'appliquer quelques principes pour retrouver votre motivation.          

Quid de l'effet Zeigarnik ?

Dans les années 1920, la psychologue soviétique Bluma Zeigarnik fait une découverte pour le moins surprenante en observant des serveurs : les garçons de café retenaient facilement toutes les commandes sans prendre aucune note et oubliaient aussitôt celles qui venaient d'être réglées. Elle en a ainsi déduit qu'il est plus facile de retenir les tâches inachevées que celles qui viennent d'être terminées. Afin de vérifier cette hypothèse, elle mène une expérience auprès de 164 participants à qui l’on a demandé d’effectuer différentes tâches, comme dessiner une fleur, modeler un animal, faire du crochet ou enfiler des perles. Si la psychologue a demandé à certains d'interrompre leur activité, elle a laissé les autres les poursuivre. Elle demanda ensuite aux participants les tâches dont ils se souvenaient et le résultat est bluffant. En effet, les travaux interrompus étaient beaucoup mieux retenus que ceux qui avaient été achevés. En menant d'autres tests, elle en était venue à la conclusion que ce phénomène cognitif affectait toutes les personnes sans distinction de classe sociale, d'âge ou de sexe. De nos jours, l'effet Zeigarnik est l'explication des effets du multitasking en ce qui concerne la mémoire et l'attention. 

Transformer l'effet Zeigarnik à son avantage

Pour ce faire, quelques règles simples sont à respecter :

  • Limitez les tâches en parallèle. Cela consiste à arrêter ou à réduire le multitasking. Il faut terminer celles qui ont été commencées avant d'entreprendre de nouvelles ;
  • Fixez-vous des objectifs intermédiaires avec des sous-tâches. Il ne faut pas appréhender un travail quelconque dans sa globalité, mais le diviser en petites parties plus faciles à terminer ;
  • Si des tâches restent inachevées, notez-les simplement pour débarrasser votre mémoire.

Bien que l'effet Zeigarnik soit inévitable, il suffit d'adopter quelques habitudes pour limiter ses conséquences. Pour davantage d'efficacité, voici d'autres astuces :

  • Gérez efficacement votre boîte mail ;
  • Élaborez une to-do list ;
  • Rangez soigneusement votre bureau ;
  • Arrêtez la procrastination ;
  • Vos priorités doivent être hiérarchisées.

En théorie, personne ne peut échapper à l'effet Zeigarnik. Il faut se montrer capable de le contourner pour une productivité optimale. Vous pouvez tout aussi bien adopter la technique du Pomodoro.

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : entreprise