5 idées reçues sur les seniors

Article mis à jour le 
Luttons contre les idées reçues : voici 5 clichés sur les seniors
Luttons contre les idées reçues : voici 5 clichés sur les seniors
Avons-nous raison de penser qu'il y a de plus en plus de retraités qui partent vivre à l'étranger, que les relations sexuelles ne font pas partie de leurs préoccupations, qu'ils sont plus souvent en vacances que les autres, qu'ils plébiscitent la France méridionale une fois 'inactifs' ou encore que leurs besoins nutritionnels diminuent ? Les réponses dès à présent.


L'expatriation des seniors est en pleine expansion

Vrai. Avec un nombre qui a doublé en quelques années, les seniors sont plus de 1,6 million à avoir choisi l'expatriation au moment de leur retraite. Ils seraient même quelque 2 millions (environ 1 retraité/10) car tous ne s'inscrivent pas au Registre des Français établis hors de France.

En dehors des Français qui possèdent la double nationalité et choisissent de retourner vivre dans leur pays d'origine, les autres seniors s'expatrient essentiellement pour des raisons économiques et climatiques.

Pouvoir profiter pleinement de sa retraite grâce à un coût de la vie plus faible qu'en France et (parfois) des avantages fiscaux : voici pourquoi de plus en plus de retraités tentent l'aventure de l'expatriation. Les pays les plus en vogue pour nos retraités sont l'Algérie, l'Espagne et le Portugal, qui attirent près de la moitié des retraités expatriés. Suivent l'Italie et le Maroc. A quelques heures d'avion seulement de la France, ces pays conjuguent plusieurs atouts : la possibilité de revenir souvent voir sa famille, du soleil, un cadre de vie agréable, une fiscalité parfois très attractive...

La Thaïlande, le Brésil, Madagascar... attirent également les seniors encore actifs et les retraités en quête de nouvelles aventures et d'horizons plus exotiques.

L'engouement des retraités français pour certains pays est indubitablement liée à des raisons fiscales. La palme revient au Portugal, qui offre une exonération totale sur les pensions ; quant au Maroc, à la Tunisie et au Sénégal, ils accordent un abattement de 80% sur l'imposition des pensions !

Les seniors ne s'intéressent pas au sexe

Faux. Sujet tabou et peu étudié, la sexualité reste très présente chez les seniors. Si l'on en croit les sondages, la retraite ne concerne pas les relations intimes... N'en déplaise aux jeunes générations, la 'silver generation', souvent très en forme au moment de la retraite, s'intéresse encore 'à la chose'. Plus de la moitié des retraités estime que les relations sexuelles sont essentielles dans leur couple. Alors pourquoi s'en priveraient-ils alors que désir érotique et potentialités des zones érogènes subsistent ?

Les seniors qui s'affranchissent du préjugé de la vieillesse asexuée, qui sont heureux en couple et qui conservent leur vitalité physique et psychique ont des relations sexuelles aussi satisfaisantes voire plus que leurs congénères plus jeunes. Les seniors célibataires, quant à eux, croient encore au coup de foudre et à l'amour fou - même après une séparation douloureuse.

Avec une espérance de vie pour les octogénaires français la plus élevée en Europe (12 ans pour les femmes et 9,5 ans pour les hommes), la silver generation n'a pas fini de s'aimer. Et dans ce contexte, les relations sexuelles apparaissent comme un véritable remède naturel contre le vieillissement, évitant au corps et à l'esprit de se rouiller !

Les seniors partent plus en vacances

Vrai et Faux. Selon une étude de la Direction Générale des Entreprises de 2014, le taux de départ moyen des 25-61 ans est de 77% alors qu'il est de 75% pour les 62-71 ans, de 68% pour les 72-81 ans et seulement de 47% pour les 82-89 ans. Ce taux de départ moyen correspond au pourcentage de résidents français qui sont partis en voyage au moins 1 fois dans l'année.

Si la silver generation ne part pas plus souvent en vacances, elle part cependant plus longtemps. Cette même étude nous apprend que la durée moyenne de séjour pour les 62-71 ans est de 6,9 jours et 8,3 jours pour les 72-81 ans contre seulement 5,2 jours pour les 25-61 ans.

Si aujourd'hui le taux entre retraités et actifs est de 1 pour 2,5, les projections de populations de l'Insee pour l'horizon 2060 font état de 31,2 millions d'actifs pour 73,6 millions d'habitants. Le vieillissement de la population, déjà d'actualité, fera que la France devrait arriver à un taux de seulement 1,5 actif pour 1 retraité. Des retraités de plus en plus mobiles promettant de belles perspectives à l'économie touristique, un secteur déjà actuellement en forte hausse. Ainsi entre 2009 et 2014, le nombre de nuitées pour les seniors à partir de 62 ans a connu une augmentation de 17% alors que, dans le même temps, celui des 25-61 ans a baissé de 9%.

Il y a beaucoup plus de retraités dans le sud de la France

Vrai. S'il existe de nombreuses recherches sur les seniors qui partent vivre leur retraite à l'étranger, peu d'études évoquent les nouveaux retraités qui déménagent... en France. Pourtant, il y en a et, parmi leurs destinations favorites, on retrouve classiquement les régions du Sud de la France.

Dans une étude réalisée entre 2009 et 2014, Parcours France dévoile le top 10 des départements préférés de la silver generation : 1/ Var, 2/  Hérault, 3/ Charente-Maritime, 4/ Alpes-Maritimes, 5/ Morbihan, 6/ Vendée, 7/ Côtes-d'Armor, 8/ Gironde, 9/ Pyrénées-Orientales et  en dixième position, le Gard.

Avec un nombre de retraités oscillant sur ces 5 années entre 18 500 et 130 000, ces départements correspondent le mieux aux envies de nouveau départ qui titillent 40% des Français au moment de leur retraite. Parmi les motifs les plus cités  : ensoleillement, climat, paysages, tranquillité, services... (Source Insee)

L'étude annuelle de HSBC (2015) nous apprend que sur les 40% d'actifs qui envisagent de déménager au moment de leur retraite, 16% aimeraient s'installer en dehors de nos frontières. Parmi les pays les plus convoités pour leur qualité de vie : le Portugal et la Thaïlande.

Pour les futurs retraités qui souhaitent rester en France mais hésitent quant à leur destination, le Centre de Recherche pour l’Étude et l'Observation des Conditions de Vie a établi en 2012 le Palmarès des 18 villes françaises hors Paris, Lyon et Marseille où 'Bien vivre sa retraite'. Pour déterminer leur attractivité, le CREDOC s'est appuyé sur les critères suivants : climat et cadre de vie, logement, santé, transports, sports et culture. Les villes gagnantes sont, par ordre de priorité, Grenoble ;  Bordeaux ; Angers et Tours. Derniers ex æquo : Brest et Nîmes.

Il est normal de manger moins quand on vieillit

Faux. Au contraire. Plus on avance en âge, plus l'alimentation est importante car le rendement des nutriments diminue à partir de 70 ans de même que l'absorption et la disponibilité des acides aminés. Une personne de la silver generation a autant besoin de calories qu'un adulte actif, c'est-à-dire une moyenne quotidienne comprise entre 1 800 et 2 100 kcal. Quel que soit l'âge, il ne faut pas manger moins (sauf dans le cas d'un régime thérapeutique lié au surpoids*) mais mieux. Il est en effet reconnu que la nutrition impacte directement la santé et donc la qualité du vieillissement secondaire. Il existe d'autres facteurs qui agissent sur le vieillissement secondaire (que nous fabriquons par opposition au vieillissement génétique ou primaire), principalement les activités physiques, socialse et intellectuelles.

La malnutrition à l'âge de la retraite peut entraîner des déficits d'énergie, des carences en protéines, minéraux ou vitamines. Ces dysfonctionnements peuvent alors être responsables d'une diminution de la mobilité et des capacités fonctionnelles. Ils peuvent encore provoquer des maladies infectieuses si, à ces carences alimentaires, s'ajoutent des pathologies comme le stress ou la dépression. Risque majeur du vieillissement entraînant amaigrissement, fatigue, risque de chute ou encore déficit immunitaire, la dénutrition toucherait entre 5 et 10% de personnes de plus de 65 ans.

Pour éviter ces risques de dénutrition, les conseils sont les mêmes pour toutes les classes d'âge :

  • une alimentation diversifiée et équilibrée,

  • 3 à 4 repas par jour,

  • pas de grignotage entre les repas,

  • boire au minimum 1 litre d'eau/jour.

     

* tout régime est à proscrire à partir de 70 ans.

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".