70 % des Français pour l'indexation de l'assurance santé sur le mode de vie

Article mis à jour le 

Les Français seraient une large majorité à se dire satisfaits du système de santé en place, selon Deloitte. Pour autant, ils sont aussi nombreux à considérer que nous serons à l’avenir moins bien remboursés.  C’est pourquoi 70 % des personnes sondés estiment que chacun devrait payer ses frais de santé au prorata des risques pris au quotidien.

Le cabinet Deloitte a commandé une étude à l’institut Ifop sur la qualité du système de santé actuel. Résultat, 86 % des Français interrogés s’en disent satisfaits, même s’ils jugent que le montant des remboursements risque de baisser prochainement.

Une crainte qui se traduit dans les faits, puisqu’un tiers des patients ont reporté ou renoncé à une visite chez le dentiste, un quart dans le cas des spécialistes, et une personne sur cinq pour les kinésithérapeutes. Pire : 10 % des Français ont déjà reporté ou annulé une opération chirurgicale pour des questions financières.

Reste que les Français se disent conscients que la prévention aide à réduire le déficit de l’Asuurance-maladie. C’est pourquoi ceux-ci sont plus nombreux à manger sainement et à pratiquer une activité physique régulière Toutefois, ces personnes consentant à faire des efforts souhaiteraient profiter de réductions de cotisation, de la part de leur mutuelle.


Et si le coût de l’assurance santé dépendait du mode de vie ?

Chose étonnante : 70 % des personnes sondées sont d’accord avec l’idée qu’il faudrait que chacun participe à la prise en charge des frais de santé proportionnellement aux risques pris dans la vie quotidienne. Autrement dit, que les buveurs, les fumeurs ou encore les sportifs pratiquant des sports violents payent davantage que les autres. Pourquoi ? Parce que ceux-ci mettraient leur santé en jeu et coûteraient davantage au système. Pour autant, les personnes interrogées se disent opposées à des variations de remboursements en fonction des revenus.

Toujours selon l’étude de Deloitte, les Français seraient un tiers à se rendre sur des sites d’information traitant la santé. Et 14 % seulement auraient utilisé le dossier médical personnel de la sécurité sociale sur le site ameli.fr. Rappelons que ce dispositif permet de sauvegarder tous ses antécédents médicaux. Ce qui se révèle idéal lorsque l’on change de médecin. Reste que les Français seraient méfiants concernant la confidentialité de leurs données personnelles.


Sources : rtl, lefigaro