Quand une compagnie aérienne fait payer ses passagers selon leur poids

Article mis à jour le 

Cela faisait des années que des compagnies aériennes envisageaient d'instaurer une taxe pour les personnes en surpoids sur leurs vols. Mais jusqu'à présent, aucune d'entre elles n'avaient concrétisé ce souhait. Première mondiale, la compagnie Samoa Air vient de faire savoir qu'elle facturerait prochainement ses passagers en fonction de leur poids. Un choix qui ne devrait pas plaire à tout le monde et qui pourrait progressivement séduire d'autres entreprises…

Selon une information du quotidien australien Sydney Morning Herald, Samoa Air a annoncé qu'elle deviendrait sous peu la première compagnie aérienne au monde à faire payer ses clients en fonction de leur poids. Résultat, il ne fera désormais pas bon avoir des kilos en trop pour les voyageurs optant pour cette compagnie et souhaitant se rendre aux îles Samoa, célèbre archipel d'Océanie situé en Polynésie (océan Pacifique).

Pour justifier ce choix d'ores et déjà vivement critiqué, Chris Langton, l'un des responsables de Samoa Air a expliqué à ABC radio qu'aucun frais supplémentaires pour les bagages ne serait réclamé par la compagnie. Pour lui, cependant, "un kilo est un kilo". Objectif du système bientôt mis en place par Samoa Air : faire réagir les personnes en surpoids. À noter que les îles Samoa sont tout particulièrement concernées par l'obésité – le pays se classe à la sixième place du classement des pays au plus fort taux de surpoids au monde –. Tant et si bien que les pouvoirs publics se lancent dans des campagnes de sensibilisation à grande échelle pour faire réagir la population.

Jusqu'à 4,16 dollars par kilo

Toujours d'après le Sydney Morning Herald, Samoa Air compte prochainement organiser ses tarifs de la manière suivante : pour la distance la plus courte de la compagnie, il faudra compter 1 dollar (soit 0,77 euro) par kilo. S'agissant des distances les plus longues, le tarif pourra s'élever jusqu'à 4,16 dollars (soit 3,2 euros) par kilo. À en croire l'analyse de Chris Langton, un tel dispositif pourrait à l'avenir être mis en place dans de nombreuses compagnies aériennes. Selon lui, ce système permettrait notamment aux familles avec enfants de réaliser une économie considérable par rapport à avant.

Plutôt mal accueillie par les usagers de Samoa Air – une compagnie qui n'opère que sur un périmètre réduit du Pacifique – cette solution a toutefois été largement soutenue par les autorités du pays, qui vantent entre autres l'amélioration de la sécurité des avions relative au poids dorénavant connu des passagers. Par le passé, des économistes avaient encouragé un tel système pour mieux contrôler l'usage du carburant des avions. Et pour rappel, aux États-Unis,  quelques compagnies aériennes contraignent d'ores et déjà les personnes en surpoids à payer deux sièges au lieu d'un. Une pratique déjà appliqué par Air France, qui fait payer davantage les obèses.

Sources : Sydney Morning Herald, Le Monde