Le Motilium serait responsable de cas de morts subites

Article mis à jour le 

Selon Prescrire, le Motilium, médicament couramment utilisé contre les nausées et les vomissements, aurait été à l'origine de 25 à 123 morts subites en France en 2012. Pour cette raison, la revue indépendante souhaite qu'il soit retiré du marché.

Courant 2012, pas moins de trois millions de personnes en France, soit 7 % de la population, se sont vu prescrire du Motilium (dompéridone). Problème : ce médicament, dont l'efficacité est jugée limitée par la revue Prescrire, aurait tendance à augmenter le risque de troubles du rythme cardiaque et de morts subites.

La dompéridone, un danger déjà connu

Ce n'est pas la première fois que des dangers liés à la prise de dompéridone sont évoqués. Ce neuroleptique a ainsi été retiré du marché en 1986 sous sa forme injectable suite à la découverte d'effets secondaires tels que des troubles du rythme cardiaque.

Néanmoins, les formes orales de la dompéridone, toujours en vente, sont aujourd'hui dans le collimateur de la revue Prescrire : d'après des études canadienne et néerlandaise, celle-ci augmenterait en effet la fréquence des morts subites en la multipliant par entre 1,6 et 3.

Limiter les risques

De fait, Prescrire préconise le retrait du marché du Motilium et de ses dérivés à base de dompéridone, et signale que solutions nettement plus adaptées (mesures diététiques, etc.) existent pour soigner les nausées et les vomissements.

De son côté, l’Agence française du médicament (ANSM), qui avait déjà informé les médecins et les pharmaciens des dangers de l’usage non-autorisé du Motilium en 2011, va à son tour publier une recommandation en mars concernant la dompéridone. Elle devrait notamment inviter à ce que les doses de médicaments contenant cet élément soient réduites dans le cadre du traitement des nausées et des vomissements.

Rappelons que la revue Prescrire avait déjà placé le Motilium, fin janvier, parmi les 68 médicaments "plus dangereux qu'utiles".

Sources : Le Monde, Prescrire, Libération, Le Point