Vous pourrez bientôt effectuer vos constats amiables depuis un smartphone

Article mis à jour le 

Ça y est, le constat amiable s'apprête à son tour à prendre le tournant du numérique. Ce dernier pourra ainsi être utilisé à compter de 2015 sur un grand nombre de smartphones, et ce quelle que soit l'assurance souscrite.

À l'heure actuelle, remplir un constat amiable, à condition de connaître la méthode, reste assez facile. Mais en pratique, pour ceux circulant en moto, difficile de trouver un endroit pour ranger le formulaire relatif. Plus pour longtemps, heureusement : comme vient de le mettre en évidence le site LesEchos.fr, le e-constat s'apprête à débarquer sur smartphone à partir de l'année prochaine.

De fait, il suffira à compter de 2015 de télécharger une application sur son mobile (Android, Apple, etc.), de pré-remplir un certain nombre de champs pour gagner du temps (numéro d'immatriculation du véhicule, numéro d'assuré, entre autres). Ainsi, si quelqu'un emboutit votre véhicule ou l'inverse, le tout sera désormais pour le fautif de dégainer son smartphone. Pour l'heure, l'application est encore en développement, une initiative du Groupement des entreprises mutuelles d'assurances (Gema) et de la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA).

Plus rapide, plus écologique

Pensé pour simplifier la vie des conducteurs, ce programme aidera l'utilisateur étape par étape. Seuls les accidents matériels sont pris en charge et il sera possible d'ajouter des photos pour compléter le constat. De même, l'assuré sera en mesure de signer avec son doigt à la fin de la démarche avant d'envoyer le document numérique. Ensuite, un SMS et un mail de confirmation lui seront transmis.

Comme l'explique Gérard Andreck, le président du Gema et de l'assurance MAcif, au site des Échos, le remboursement devrait être plus rapide grâce à ce dispositif, de même que l'expertise et la prise en charge du véhicule par un garage. Une bonne chose, compte tenu des délais du dispositif actuel, jugés importants par les utilisateurs.

Sources : lesechos, lci, metronews