La vidéo-verbalisation arrive à Paris

Article mis à jour le 

Souriez vous êtes filmés. Dès aujourd’hui, le nouveau système de verbalisation se met en place sur la capitale. Utilisé comme moyen de dissuasion, ce diapositif permettra une limitation des infractions et un trafic plus fluide sur les grands axes parisien.

Dans le cadre du plan de vidéo protection parisien, dès le 2 avril, 50 des 1 037 caméras installées  seront utilisées à la recherche d’infractions.

La police a désormais des yeux partout

L’objectif  de la préfecture de police de Paris est de modifier le comportement des automobilistes. Ce projet  est un moyen de dissuasion pour limiter les infractions quotidiennes (passages aux feux rouges, stationnements interdits, insertions dans une voie de bus, stationnements en double file) perturbant le trafic.

 Ce dispositif permet de décongestionner la circulation dans les axes les plus utilisés mais également de diminuer les accidents routiers. Ainsi l’expérimentation sur l’espace parisien démarre dans treize axes parisiens dont la très célèbre avenue des Champs-Elysées ou la rue de Rivoli, connus pour leurs taux d’accidents élevés.

Un système de verbalisation simplifié

La vidéo verbalisation s’effectue en deux étapes. A l’aide des écrans du système PVPP (Plan de vidéo protection de Paris), un agent de l’ordre public constate l’infraction. L’automobiliste en erreur est filmé puis photographié afin de relever la date, l’heure et l’immatriculation du véhicule.

Les clichés seront conservés par les autorités et des copies envoyées au CNT (Centre National de Traitement) de Rennes (38). Le CNT identifiera le propriétaire du véhicule et enverra au  domicile du titulaire de la carte grise un procès verbal dématérialisé. Il y’a possibilité pour ce dernier de s’exonérer s’il n’était pas le conducteur du véhicule au moment de l’infraction.

Cette expérimentation sur Paris s’étendra peu à peu  à un plus grand nombre d’axes et sera évaluée dès cet été.  Déjà utilisée en province : à Marseille, Aix en Provence, Chartres et Nice ou dans la banlieue parisienne : à Asnières, Puteaux (92) et l’Aéroport d’Orly et Saint Mandé (94), la vidéo verbalisation connait de bons résultats. Par exemple, à Asnières, les stationnements anarchiques ont diminué de 30 % en un an depuis la mise en place de ce dipositif.

Sources : Leparisien.fr ; prefecturedepolice.interieur.gouv.fr