Artériographie

Article mis à jour le

L'artériographie
L'artériographie

Même si des techniques plus modernes sont disponibles (angiographie, échographie, tomodensitométrie et résonance magnétique nucléaire), l'artériographie est très utile pour visualiser un rétrécissement ou une obstruction artérielle, grâce à la qualité de ses images. Elle est effectuée essentiellement pour les artères coronaires, cérébrales, digestives, rénales, et celles des membres inférieurs. Elle nécessite une courte hospitalisation.



Principe de l'artériographie

Le principe de l'artériographie est simple : il s'agit de rendre opaque aux rayons X un ensemble artériel, par injection directe dans l'artère d'origine de cet ensemble d'un produit iodé.

Ceci est rendu possible par l'introduction dans une artère périphérique d'un cathéter, que l'on fait cheminer jusqu'à l'endroit voulu.

Les clichés pris pendant et après l'injection permettent de voir de manière parfaite cette artère, ainsi que toutes celles qui en sont issues.

Précautions avant une artériographie

La première exigence à respecter est de prévenir le médecin si vous êtes sujet à une allergie à l'iode. Le cas échéant, où s'il y a un doute, il vous sera prescrit un traitement à débuter quelques jours auparavant.

Par ailleurs, si vous prenez un traitement anticoagulant, il sera nécessaire de le stopper deux jours avant, s'il s'agit de comprimés, et une demi-journée avant l'examen en cas d'injections.

Enfin, un bilan sanguin sera effectué quelques jours auparavant et il faudra que vous soyez à jeun depuis la veille au soir.

L'examen se passe généralement sous anesthésie locale et peut durer jusqu'à environ une heure. Une sensation désagréable et fugace de courant chaud diffusant dans tout le corps est fréquemment ressentie lors de l'injection de l'iode. Enfin, un pansement compressif est installé au point de ponction pour empêcher tout risque d'hématome.