Comprendre l'assurance auto en conduite accompagnée

Comprendre l'assurance auto en conduite accompagnée
Comprendre l'assurance auto en conduite accompagnée
Solution alternative à l'apprentissage « classique » en auto-école pour passer le permis de conduire, la conduite accompagnée séduit de nombreux jeunes qui souhaitent appréhender la conduite automobile en compagnie d'un membre de leur famille. Cette solution d'apprentissage de la conduite n'est pas sans incidence sur l'assurance auto. Avant de se lancer, voici donc les éléments à connaître sur l'assurance auto en conduite accompagnée.


Assurance d'un véhicule pour la conduite accompagnée

Assurer le véhicule pour la conduite accompagnée

Pour pouvoir prêter le volant de son véhicule à un jeune conducteur inscrit dans une démarche de conduite accompagnée, le propriétaire doit impérativement demander une extension de garantie auprès de son assureur. Cette extension de garantie peut être accordée par l'assureur, sans surprime, ou refusée si l'accompagnateur qui en fait la demande a été condamné pour d'importantes infractions routières, parmi lesquelles :

  • un homicide ou des blessures involontaires ;
  • une conduite en état d'ébriété ;
  • un délit de fuite ;
  • un refus d'obéir à un ordre de s'arrêter ;
  • une conduite sans permis, avec un permis suspendu ou annulé.
     

Le fonctionnement de l'assurance en cas d'accident

En cas d'accident dans le cadre de la conduite accompagnée, le conducteur, ou son accompagnateur, auront à prendre en charge une partie des dommages causés par l'apprenti conducteur, dont le montant pourra varier selon celui de la franchise « novice » prévue dans le contrat d'assurance auto. Les sinistres déclarés lors de la conduite accompagnée n'ont en revanche, dans la majorité des contrats d'assurance, pas d'influence sur le bonus-malus de l'accompagnateur.

Avantages de la conduite accompagnée pour l'assurance du jeune conducteur

Encouragée par les assurances, la conduite accompagnée offre des avantages au nouveau détenteur d'un permis de conduire passé par cette formule d'apprentissage :

  • une surprime diminuée par rapport à celle imposée aux conducteurs novices, généralement de 50 % au lieu des 100 % la première année ;
  • une réduction de 50 % de la surprime la deuxième année sans accident responsable ;
  • une suppression de la surprime attribuée à un conducteur novice après deux années complètes de conduite sans accident.

Les professionnels à votre service :

  • Assureurs
  • Auto-écoles