Intoxication au monoxyde de carbone : que faire ?

L'intoxycation au monoxide de carbone
L'intoxycation au monoxide de carbone
Chaque année, 5000 personnes sont victimes d'une intoxication au monoxyde de carbone et 90 en décèdent. Les bons réflexes à adopter pour limiter les risques d'accident.


Un gaz toxique, inodore et invisible

Chaque hiver, on assiste à une forte recrudescence des cas d'intoxication au monoxyde de carbone.

En cause ? Des chaudières, des poêles, des cheminées, des chauffe-eau à gaz ou encore des gazinières défectueux, mal réglés ou mal entretenus, qui plus est installés dans des pièces mal aérées.

Car si la combustion du bois, du gaz et du charbon produit naturellement du monoxyde de carbone (ou CO), lorsqu'il s'évacue mal, il s'accumule dans l'habitation.

Il est alors inhalé par les poumons et passe dans le sang pour se fixer sur l'hémoglobine des globules rouges, au détriment de l'oxygène qu'il chasse. Son affinité pour l'hémoglobine étant 230 fois supérieure à celle de l'oxygène, une petite quantité de CO dans l'air ambiant peut suffire à provoquer une asphyxie.

Symptômes

Il faut être particulièrement vigilant : 1 fois sur 3 les intoxications ne sont pas diagnostiquées à temps.

Car contrairement aux autres cas d'asphyxie, les difficultés respiratoires sont très tardives et surviennent lors de la période de coma.

D'où l'intérêt de repérer les premiers signes d'alerte :

  • somnolence, fatigue intense et soudaine, sensation de malaise inexpliquée ;
  • maux de tête, vision floue ;
  • nausées, vomissements ;
  • bourdonnements d'oreille, vertiges, troubles du comportement.


Ces symptômes doivent d'autant plus vous alerter si plusieurs personnes sont touchées en même temps dans le même environnement.

En cas d’intoxication

  • dès les premiers signes, éteignez l'appareil concerné, aérez la pièce et sortez ou faites sortir la victime immédiatement ;
  • appelez le 112 (Numéro unique d'urgence européen), le 15 (Samu) ou le 18 (Sapeurs Pompiers).

Lorsque les secours seront sur place, ils confirmeront le diagnostic grâce à un test respiratoire et/ou un dosage sanguin, puis placeront la victime sous masque à oxygène avant de l'emmener à l'hôpital où elle sera éventuellement installée dans un caisson dit "hyperbare" si son état clinique le nécessite, où elle pourra respirer de l'oxygène sous forte pression ;

  • ne réintégrez pas les lieux avant d'avoir reçu l'avis d'un professionnel.

Prévenir les risques à la maison :

  • faites entretenir votre chaudière par un professionnel qualifié. Pour avoir l'esprit tranquille, signez un contrat d'entretien qui garantit une visite annuelle de prévention (réglage, nettoyage et remplacement des pièces défectueuses) et un dépannage gratuit sur simple appel ;
  • faites ramoner votre cheminée 2 fois par an ;
  • ne recouvrez jamais les grilles d'aération de la cuisine et de la salle de bain sous prétexte qu'il fait froid : l'air doit pouvoir se renouveler ;
  • aérer les pièces, y compris l'hiver ;
  • assurez-vous que vos appareils fonctionnant au gaz naturel présentent le marque NF et/ou CE ;
  • nettoyez régulièrement les brûleurs de votre cuisinière à gaz. On doit voir une flamme bleue et courte dans chaque orifice ;
  • vous pouvez équiper votre logement d'un détecteur de monoxyde de carbone portant la mention NF EN 50291.