Bien-être : qu'est-ce que la lypémanie ?

Publié le 

Bien-être : qu'est-ce que la lypémanie ? / iStock.com - Kerkez
Bien-être : qu'est-ce que la lypémanie ? / iStock.com - Kerkez

Sur le plateau de On n’est pas couché, Marc Lavoine a récemment affirmé souffrir de lypémanie comme sa mère. Cette révélation dans l’émission de Laurent Ruquier a ramené cette forme de dépression sur le devant de la scène. Qu’est-ce que la lypémanie ?

La lypémanie a été décrite pour la première fois par Esquirol au 19e siècle. Toutefois, avant les révélations de Marc Lavoine, cette pathologie était assez peu connue du grand public. Le chanteur pense avoir hérité de cette maladie chronique de sa mère. Ce trouble psychiatrique peut être réellement handicapant pour le patient.

Comment distinguer la lypémanie de la dépression ?

Selon la définition d’Esquirol, la lypémanie est un “état psychologique dépressif déterminé par une mélancolie profonde pouvant évoluer en obsession morbide ou folie dépressive”. Cette explication peut prêter à confusion en raison de la désuétude des termes utilisés. Selon la terminologie psychiatrique moderne, il serait plus adapté de parler d’état dépressivo-anxieux ou d’état dépressif chronique. Logiquement, la pathologie présente de nombreux symptômes de la dépression. Le malade a par exemple tendance à refuser le bonheur ou même la joie.

Concrètement, le patient présente une perte de motivation particulièrement importante et se sent figé. Dès lors, il se met à attendre un signe ou toute autre chose permettant de soulager son grand sentiment de solitude – sentiment qui touche de plus en plus de Français –. La maladie chronique est notamment caractérisée par une fixation sur les idées noires, une grande susceptibilité, une peur de presque tout et un pessimisme exacerbé. Le plus souvent, la personne souffrante est à fleur de peau et s’irrite pour un rien. De plus, elle vit très mal le moindre échec, comme si tout était perdu au moindre accroc.

Cause et prise en charge de la lypémanie

En raison de sa nature très ancienne, la lypémanie est méconnue du grand public et négligée par les professionnels. De ce fait, Esquirol reste la référence en la matière à travers son traité De la lypémanie ou mélancolie (1820). Selon le psychiatre du 19e siècle, cette maladie serait héréditaire. De plus, naître avec une prédisposition à la tristesse et grandir dans une ambiance morose peut aggraver les symptômes. Néanmoins, Esquirol prescrit l’exposition au soleil et l’activité physique pour limiter les manifestations de la lypémanie. En d’autres termes, le sport permet de préserver le moral des enfants.

Pour la psychiatrie moderne, cette pathologie est considérée comme une des premières formes de dépression chronique décrite dans le milieu. De ce fait, le traitement de première intention reste la psychothérapie. Cette prise en charge peut parfois nécessiter la prescription d’antidépresseurs. Comme il est possible de résoudre la dépression saisonnière par l’alimentation, un régime adapté peut être envisagé pour apaiser le patient. La médecine alternative propose par ailleurs différentes méthodes pour limiter les baisses de régime et la dépression.