Mobilité : une indemnité pour venir travailler en vélo ?

Publié le 

Mobilité : une indemnité pour venir travailler en vélo ? / iStock.com - golero
Mobilité : une indemnité pour venir travailler en vélo ? / iStock.com - golero

En 2015, le gouvernement a mis en place une mesure fiscale permettant aux entreprises de rembourser les déplacements à vélo de leurs salariés à hauteur de 200 € par an. Conscients des avantages de cette mesure, de grandes entreprises appliquent l’indemnité kilométrique vélo (IKV).

Malgré sa mise en place par la loi sur la transition énergétique du 17 août 2015, l’indemnité kilométrique vélo est peu connue et reste facultative. Zoom sur cette mesure bénéfique aussi bien pour les salariés que pour les employeurs.

Une mesure intéressante pour les salariés

La loi du 17 août 2015 incite les entreprises à accorder une indemnité kilométrique à leurs salariés qui viennent travailler en vélo dans la limite de 200 € annuels. Cette mesure est profitable aux employés dans la mesure où près de 70% des trajets domicile-travail font moins de 5 km. Or, une étude réalisée par des chercheurs britanniques démontre les bienfaits du vélo après 50 ans. Sur le plan financier, l’essence pour se rendre au travail représenterait un poste budgétaire d’environ 1 000 € par an alors que cette mesure permettrait aux salariés de toucher une indemnité kilométrique vélo (IKV) de 25 centimes. Pour information, ce dispositif profite aussi bien aux salariés du secteur privé qu’à ceux du secteur public.

Des bénéfices pour les entreprises

Malgré son instauration, l’indemnité kilométrique vélo, apparemment menacée pour le budget 2019, reste facultative. Ainsi, les salariés cyclistes peuvent se voir refuser leur indemnité. Cependant, des employeurs conscients des avantages de cette mesure en font aujourd’hui la promotion. En effet, mis à part les avantages fiscaux accordés, ils se retrouvent avec des salariés en meilleure forme et participent activement à la préservation de l’environnement. Récemment, Orange, qui compte 100 000 collaborateurs, a signé un accord avec trois syndicats concernant la mise en place de l’IKV. D’autres grandes entreprises ont déjà adopté cette mesure avant elle pour ne citer que Décathlon qui totalise 18 000 employés. D’après l’Observatoire de l’IKV, 116 structures récompensent leurs salariés cyclistes et certaines vont jusqu’à accorder des indemnités supérieures aux 200 € fixés par la loi.

Un large choix de vélos

Différents types de bicyclettes sont proposés pour que chacun trouve celle adaptée à ses besoins. D’après l’ADEME, le prix d’un bon vélo équivaut au coût de quatre pleins d’essence. D’après Olivier Schneider, président de la Fédération française des usagers de la bicyclette, l’IKV permet d’amortir l’investissement dans le matériel et participe aux frais de réparation. Par ailleurs, l’État accorde des aides pour l’achat d’un vélo électrique. Ces véhicules motorisés permettent de se déplacer sans trop d’effort et évitent d’être en sueur en arrivant au bureau.

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : sport