Recette de la sangria sans alcool

Publié le  - Mis à jour le 
  • facile
  • assez facile
  • moyen
  • difficile
  • expert

    Ingrédients : banane, fraise, pêche

    Sangria sans alcool
    Sangria sans alcool
    Pour que les fêtes soient plus folles, faites vous plaisir sans alcool ! La sangria, boisson fruitée et colorée ravira tous les invités, des plus petits aux plus âgés, sans faire tourner les têtes !
    

    étape 1

    Dans un grand saladier, mélangez le jus d'orange, le jus de raisin rouge, le jus d'ananas et le sirop de grenadine.

    étape 2

    Lavez les fruits et coupez-les en petits morceaux.

    Ajoutez-les dans le saladier.

    étape 3

    Laissez macérer le mélange au réfrigérateur pendant une nuit.

    étape 4

    Servez très frais.

    étape 5

    Quelques détails sur la sangria sans alcool

    Rafraîchissante et festive, la sangria se consomme également sans alcool. Afin que vous puissiez en abuser sans culpabiliser, Pratique.fr vous donne sa recette pour profiter sans risquer les maux de tête du lendemain :

    La préparation d’un saladier de sangria requiert 400 g de fruits de saison (tels que fraise, banane, pêche, kiwi, mangue), 50 cl de jus de raisin rouge, 50 cl de jus d'orange pressé, 20 cl de jus d'ananas et 2 cl de sirop de grenadine. Tout d’abord, mélangez le jus d’orange pressé, le jus de raisin rouge ainsi que le jus d’ananas et le sirop de grenadine dans un grand saladier. Lavez ensuite les différents fruits et coupez-les en petits morceaux que vous ajouterez dans le saladier. Laissez macérer le tout au réfrigérateur pendant une nuit au moins. La sangria sans alcool doit être servie très fraîche pour exprimer toute sa saveur. Bonne dégustation ! L’origine du terme « sangria » est disputée : il viendrait de l’Espagnol « Sangre » qui signifie sang, un clin d’œil à la couleur rouge sombre de la boisson. Une autre hypothèse suggère que le terme découle du Français « sang-gris », une expression imagée venue tout droit de l’univers de la flibuste. Le « sang-gris » désignait la façon dont les pirates relevaient leur vin d’un peu de poudre à fusil, ce qui donnait au breuvage une couleur tirant sur le gris. Un équivalent de la sangria moderne était par ailleurs très largement consommé au Antilles Française et Britannique à cette époque, ce qui confirmerait l’origine (disputée) caribéenne de la sangria. A noter que celle-ci fait l’objet d’une Appellation d’Origine Protégée et qu’elle ne peut s’appeler ainsi que si elle est produite en Espagne ou au Portugal. 

     

    ournée^��j��