2013 : l’année du m-commerce

Article mis à jour le 

Le smartphone a de l’avenir devant lui, au milieu de toutes les applications, l’achat avec son mobile devient de plus en répandu. Alors que le commerce sur internet prend de plus en plus d’ampleur, le m-commerce commence lui aussi à se répandre, Malgré la réticence des consommateurs au niveau du contrôle de la sécurité, en 2012 le FEVAD (Fédération E-commerce et Vente à Distance) comptait 4,3 millions d’utilisateurs ayant déjà acheté via leur mobile.

Alors que le téléphone portable fête ses 40 ans cette année, la technologie n’a pas finie d’avancer avec le "m-commerce" ou l’achat via un téléphone. Apparu dès le début des premières applications smartphones, le chiffre d’affaire du "m-commerce" aurait triplé en deux ans selon la FEVAD.

Le m-commerce ne s’arrête pas aux smartphones, il comprend également les tablettes. Pour le FEVAD, 2013 serait une année importante pour cette forme d'achat puisque 20 % des utilisateurs devraient acheter via le m-commerce cette année.

Avec le grand nombre de smartphone et tablette achetés, le m-commerce a de beaux jours devant lui. Pratique, il permet de faire ses achats n’importe où et d’accéder aux informations sur internet. Encore loin des 80 % d’acheteurs du e-commerce, l'achat par mobile doit encore convaincre.

Rapide, simple et sécurisant

En plus d’être ergonomique et de permettre un achat rapide, l’une des qualités décisive pour l’achat d’un consommateur est la sécurité. Une qualité à combler au vu des 77 % des sondés estimant que leurs données personnelles sur Internet ne sont pas protégées correctement quand ils passent par leurs smartphones ou tablettes selon le baromètre de l’innovation BVA-20 Minutes-Syntec Numérique 01 BFM.

Transporté partout, le mobile est un objet de convoitise. Dans le cas d’un vol, on a le droit de se questionner sur les données stockées. D’autant plus qu’avec l’expansion du m-commerce, les mobiles deviennent une cible idéale si les données pour effectuer un achat y sont conservées.

La question de la confidentialité se pose, on s’imagine difficilement sortir sa carte bancaire et taper ses 23 chiffres sur son clavier dans un restaurant.

Des applications de sécurité à développer

Pour sécuriser son paiement, la réponse à ces interrogations se trouve dans le portefeuille électronique. Il permettra de mémoriser son numéro de carte bancaire et contrôlera le paiement selon un niveau de risque adapté, en utilisant des identifiants uniques ou un mot de passe unique envoyé par sms par exemple.

Ces systèmes et applications de sécurité ont un intérêt pratique mais aussi commercial, avec les 73 % des sondés estimant qu’ils achèteraient en ligne si la sécurité y est garantie selon le baromètre de l’innovation de 20 minutes.

Sources : FEVAD ; 20minutes