Cafe Racer : ce style vintage qui donne un coup de jeune à votre moto

Article mis à jour le 

Alors que les beaux jours arrivent, on ressort sa bécane du fond du garage. C'est le moment de lui redonner un coup de jeune. Depuis quelques années, la mode du vintage, plébiscitée par les amateurs de deux-roues, redonne du sang neuf à de nombreux modèles un peu délavés. Le vintage, plus exactement le Cafe Racer, qui ne s'est jamais démodé depuis 60 ans, s'ancre plus que jamais en France.

Le Cafe Racer est aussi bien un style de moto que de motard qui se reconnaît à son apparence citadine et rétro. Les modèles les plus appréciés sont les Triumph, les BSA ou les vieilles Norton, mais on retrouve désormais des Honda, des BMW ou encore des Yamaha. Loin de la grosse Harley stéréotypée ou de la sportive agressive, le Cafe Racer est une moto de ville, petite et fine, dépouillée de ses attributs "inutiles" pour être plus rapide mais surtout plus maniable sur les routes sinueuses d'Europe.

Avez-vous l'âme du vrai Cafe Racer ?

L'esprit Cafe Racer, c'est "de dépasser le Ton" (les 160 km/h) ou "de se coucher sur sa meule" et "d'accélérer à la moindre ligne droite". A partir des années 50-60, dans une Europe d'après-guerre, les motards britanniques ont dépouillé leurs motos des parties qu'ils jugeaient superflues afin de les rendre plus performantes, légères et rapides à défaut d'être confortables.

On reconnaissait un "vrai" Cafe Racer au défi qui lui a donné son nom : faire une course entre deux cafés avant que la chanson lancée sur le juke-box dans le premier ne soit terminée à l'arrivée. Car le juke-box était essentiel pour le Cafe Racer : il diffusait du Rock, interdit sur les ondes radio. Le Cafe Racer - coureur de café - est celui qui fait la course entre deux bars en quelques minutes à peine. Et dans l’Angleterre des années 50-60, les routes sont tortueuses, sombres et mal entretenues : il fallait que la moto soit précise. Aussi, le guidon est très bas car souvent installé directement sur la fourche.

Harley Davidson XLCR 1000

Le Cafe Racer en 2013, ça donne quoi ?

Si l'aspect pratique de ce concept a peu à peu disparu, l'aspect symbolique et esthétique, lui, reste intact : culture brute à l'encontre du tunning et de la customisation à l'américaine, sur un fond sonore de rockabilly anglo-saxon grésillant plutôt que de rock'n'roll commercial, cuir élimé, guidon bas, monoplace, bloqué dans les années 60.

Aujourd'hui plus que jamais, le Cafe Racer est très ancré en France. Aussi, les modifications de votre moto peuvent être de plusieurs natures et très variées : guidons bracelet, double-feu arrière, phare chromé pour devant, rétroviseurs rectangulaires ou ronds tant qu'ils sont rétro, chaque partie peut être remise à neuf.

Royal Enfield Bullet 500 in the Streets of Paris

Comment customiser sa moto ?

Si les pièces sont généralement importées de l'étranger, les fournisseurs français commencent à se développer. Ainsi, de nombreux sites internet proposent des produits depuis la tête de fourche jusqu'à la selle en passant par les clignotants, les pièces moteur, les échappements ou encore les filtre à air. En un mot, rien n'est laissé pour compte.

Pour vous procurer les pièces de votre choix, vous pouvez visiter Facs Moto, site internet d'un confectionneur spécialisé dans le Cafe Racer, dont l'atelier est en Seine-Maritime. Sinon, le site Wrenchmonkees vous permettra de dégotter des pièces uniques.

Vous trouverez de nombreuses idées grâce aux exemples de motos aussi originales que personnelles disponibles sur la galerie de Megathon Charlie, photographe spécialisé dans le Cafe Racer.

Si vous hésitez encore, vous pouvez vous abonner en ligne au magazine Cafe Racer, afin d'en savoir davantage avant de vous lancer.

Sources : Cafe Racer ; Megathon Charlie ; Caradisiac.com