Le nouveau permis de conduire débarque en France lundi

Article mis à jour le 

Ça y est, le nouveau permis est là. Identique à l'ensemble des pays membres de l'Union européenne (UE), celui-ci sera en circulation dans l'Hexagone dès lundi, comme l'a indiqué mercredi le ministère de l'intérieur. Adieu le bout de papier rose, le nouveau permis de conduire est dorénavant au format carte de crédit, plastifié et plus sûr.

Saviez-vous que le "permis rose", réputé facile à contrefaire, n'est autre que le document administratif le plus falsifié ? C'est en tout cas ce qu'a rappelé mercredi le porte-parole du ministère de l'intérieur, Pierre-Henry Brandet, tout en soulignant que le permis de conduire nouvelle génération remédierait au phénomène. Dorénavant, une puce électronique ainsi qu'une bande MRZ ("Machine Readable Zone"), soit une bande de lecture optique et/ou magnétique, permettront de réduire considérablement les fraudes.

Comment l'obtenir ?

À noter que le passage au nouveau permis sera progressif : dans un premier temps, seuls les permis remis entre le 19 janvier 2013 et le 16 septembre 2013 feront l'objet d'un échange courant 2014. Ensuite, les 38 millions restants d'autres titres seront repris à compter de 2015. Les modalités encadrant ce changement seront transmises aux usagers le moment venu.

Un code confidentiel pour accéder au solde de ses points

La reprise des anciens permis se poursuivra jusqu'au 19 janvier 2033. Nul besoin, donc, de se jeter dans les préfectures. Les usagers seront d'ailleurs informés des conditions de l'échange le cas échéant. Échangeable gratuitement, le document du permis sera valable 15 ans pour les catégories A et B, et 10 ans pour les autres. Aussi, les titulaires de ce permis flambant neuf se verront attribuer un code confidentiel leur permettant de consulter le solde de leurs points sur internet. Pour rappel, une telle demande ne pouvait jusqu'à présent se faire que via la préfecture.

Aujourd'hui, en Europe, pas moins de 300 millions de documents et plus de 100 formats sont disséminés dans les 27 États membres de l'UE. La mise à jour imminente, et ce conformément à une réglementation européenne votée en 2006, est ainsi une manière d'améliorer la libre circulation des personnes au sein de l'Union européenne.

Sources : service-public, LeParisien