Pourquoi les retraites complémentaires sont proches de la banqueroute

Article mis à jour le 

Les retraites complémentaires du privé seraient menacées, d’après un rapport de la Cour des comptes qui sera rendu public jeudi mais néanmoins révélé en substance par le quotidien Le Parisien. Principale recommandation pour y remédier : l’allongement de deux ans de la durée du travail.

Il n’est pas impossible d’être contraint à l’abandon des retraites complémentaires, à compter de 2017. Selon un rapport public réalisé par la Cour des comptes et diffusé par Le Parisien quelques jours avant sa publication officielle ce jeudi, l’âge de départ à la retraite devrait être relevé à 64 ans. Pourquoi ? Tout simplement pour faire remonter les finances des organismes de retraites. Ainsi, d’après le rapport concernant les retraites complémentaires des salariés du privé, le régime des cadres Agirc serait en passe de se retrouver face à une cessation de paiement courant 2017. À noter que l’Arcco serait aussi concerné.

Un déficit de près de 5,3 milliards en 2014

Le rapport, nommé "Garantir l’avenir des retraites complémentaires des salariés (Agirc et Arrco)", met en évidence une nette dégradation financière débutée en 2009. Dans le détail, le déficit s’est relevé à 4,4 milliards d’euros en 2013, et serait en passe d’atteindre 5,3 milliards sur l’année 2014. Résultat : la Cour des comptes s’attend à un trou de 15 milliards d’euros en 2030, d’où un déficit cumulé à 100 milliards et 390 milliards en 2040. Un phénomène qui découle notamment du départ en retraite des nombreux baby-boomers d’ici 2034, mais aussi par l’allongement de l’espérance de vie.

L’âge légal  de départ pourrait passer de 62 à 64 ans

C’est pour cette raison que la Cour des comptes juge nécessaire le recours à trois mécanismes pour redresser la barre : réduire le montant des pensions, relever les cotisations, et bien entendu reculer l’âge de départ en retraite. À cet effet, elle table sur un recul de deux ans de l’âge de départ à la retraite : il serait alors nécessaire de travailler jusqu’à l’âge de 64 ans afin de bénéficier de sa retraite complémentaire.

Sources : 20minutes, francetvinfo, lexpress