Rythme cardiaque : à partir de quand est-on en danger ?

Article mis à jour le 

À l'heure où l'on estime à 147 000 le nombre de décès induits par des accidents cardio-vasculaires en France, la Fédération française de cardiologie vient de publier des conseils pour savoir si un cœur est en bonne santé ou pas.

Pour s'assurer que son cœur est en bonne santé, il existe un certain nombre d'astuces. C'est en tout cas ce que met en évidence Claude Le Feuvre, président de la Fédération française de cardiologie. D'une part, il est aujourd'hui important de ne pas prendre à la légère les accidents cardio-vasculaires. Chaque année, ces derniers sont responsables de 147 000 décès, ce qui en fait la première cause de mortalité chez la femme, et la deuxième chez l'homme derrière le cancer.

Résultat : savoir avec précision quel est son rythme cardiaque idéal est crucial. En général, le rythme moyen est compris entre 60 et 70 pulsations par minute. Mais il varie considérablement d'une personne à l'autre : par exemple, dans le cas de la pratique intensive du sport ou d'une prescription de bétabloquants, il peut descendre sous la barre des 60 pulsations par minute, comme le souligne le cardiologue.

Quel est le rythme idéal au cours d'un effort physique ?

Dans le cadre d'un effort physique, une équation simple doit être mise en œuvre pour savoir quel est son rythme idéal. En général, il faut simplement soustraire son âge au nombre 220 pour prendre connaissance de sa fréquence maximale. Mais bien évidemment, l'important est de rester actif et si possible faire du sport pour l'entretenir.

Ainsi, passer une trentaine de minutes par jour à faire du sport permettrait de limiter de 30 % le risque d'infarctus. De même, la pratique d'une activité sportive contribue à faire baisser la tension, le diabète et lutte contre la surcharge pondérale. Pour ce faire, rien ne vaudrait la marche, le footing ou encore la natation. À l'inverse, toutefois, le squash ou le tennis se révèleraient particulièrement dangereux en cas de troubles cardio-vasculaires.

À noter que la Fédération française de cardiologie a mis en ligne un test et un dispositif de suivis personnalités gratuits par mail.

Sources : SantePlanet, fedecardio.org