Et si des pistes de ski s'invitaient en banlieue parisienne ?

Article mis à jour le 

Quelque part sur les champs du "Triangle de Gonesse" (Val-d'Oise), non loin de l'aéroport de Roissy, pourrait être bâti à l'horizon 2020 un gigantesque complexe dédié au temps libre. Réunissant shopping et culture sur fond d'"art de vivre à l'européenne", ce nouveau temple dédié aux loisirs et porté par le groupe Auchan dans le cadre du Grand Paris espère accueillir pas moins de 30 millions de visiteurs par an.

Imaginez un complexe de 80 hectares baptisé "Europa City" entièrement tourné vers les loisirs et installé à quelques pas de l'aéroport de Roissy. À l'intérieur de ce temple de la démesure : 230 000 m² de galeries marchandes, 2 700 chambres d'hôtels, des salles de spectacle, un cirque, un parc d'attraction de 50 000 m², un parc aquatique disposant d'un spa et même d'une piscine à vague pour s'essayer au surf, mais aussi des pistes de ski d'intérieur… Ce projet pharaonique, on le doit au groupe Auchan, qui espère pouvoir le concrétiser dans le cadre du Grand Paris.

Au regard des visuels jusqu'à présent composés par les quatre agences d'architecture en compétition pour décrocher les rennes du projet, "Europa City" a tout d'une Babylone. Son objectif est à ce titre pour le moins ambitieux : devenir la plus grande destination culturelle, commerciale et de loisirs d'Europe, en accueillant quelques 30 millions de visiteurs par an – soit deux fois plus que Disneyland Paris. Pourtant, la localisation du projet ne semble a priori pas l'endroit rêvé : encastré entre l'aéroport de Roissy, les préfabriqués Castorama et Ikéa, l'autoroute A1, l'usine PSA-Aulnay, l'aéroport du Bourget ou encore une ex décharge, le lieu n'a en effet pas l'atout des étendues vertes d'un Eurodisney.

Il n'empêche que les premiers dessins d'étude contrebalancent cette impression. Sur ces derniers, des palmiers plantés à même les toits de structures gigantesques, des aquariums à requin qui filtrent une lumière du plus bel effet ou encore des touristes en admiration devant la sérénité des lieux et l'impressionnante vue sur la Tour Eiffel, que l'on distingue au loin.

À peine initié, déjà vivement critiqué

Reste que du côté du "Triangle de Gonesse", terre réputée pour être la plus fertile de France, les agriculteurs et les associations ne voient pas le projet d'un bon œil et s'inquiètent de l'avenir de ce territoire agricole en sursis. Voilà des années que cette vaste parcelle est exploitée par des générations de cultivateurs. Problème : si "Europa City" venait à se concrétiser, un certain nombre d'entre eux verraient leurs exploitations largement amputées et donc amenées à disparaître.

Et même si certaines équipes travaillant sur le projet "Europa City" expliquent être à même de surélever les terres agricoles au-dessus des immenses bâtiments du complexe, les agriculteurs n'y croient pas. Difficile, estiment-ils, d'imaginer une moissonneuse batteuse sillonner les champs sur les toits à quelques dizaines de mètres au-dessus du sol.

Mais au-delà des frondes, les élus locaux semblent, pour leur part, relativement sensibles au projet d'Auchan. Et pour cause : l'investissement envisagé de 1,7 milliard d'euros permettrait à la zone d'obtenir une nouvelle gare de métro placée sur le tracé du Grand Paris Express. En outre, "Europa City" pourrait entrainer la création de 20 000 emplois – une aubaine pour un territoire où le chômage atteint des records (près de 14 % en 2009). Pour les associations, ces bons côtés masquent néanmoins une réalité tout autre : quid d'une embauche des populations du coin majoritairement peu diplômées ou sans diplôme dans le secteur touristique ? Affaire à suivre.

Sources : europacity.com, Le Monde, Les Échos