Testament : écrire ses dernières volontés en ligne, c'est maintenant possible

Article mis à jour le 

La révolution numérique ne s'arrête plus, pour le pire et parfois pour le meilleur. Cette fois, la sphère des nouvelles technologies s'introduit dans le petit monde des successions via un nouveau service baptisé Testamento. Son principe : proposer à chacun d'écrire son testament en ligne et de le faire valider légalement.

Internet est peut-être le siège des résonnances du monde le plus vibrant qui soit : difficile en effet de trouver un endroit où la vie semble plus intense que sur le Web, où le storytelling s'empare de l'existence de chacun. Pour autant, ce microcosme ce cesse de s'ouvrir toujours un peu plus à la question de la mort. Jusqu'à présent, l'on connaissait déjà les cimetières virtuels pour humain et pour animaux de compagnie, mais aussi les applications capables de redonner vie aux avatars numériques des personnes défuntes.

Ce que propose cette fois le monde connecté est un nouveau service baptisé Testamento. Son principe : permettre au public de rédiger ses dernières volontés en ligne pour ensuite les faire valider légalement par des autorités compétentes et habilitées. Accessible à chacun depuis le 3 décembre, cet acte est facturé selon trois formules de 35 à 75 euros.

Mon testament en PDF

Outre Atlantique, cela fait un moment qu'un tel service existe, mais en France, c'est une première. La start-up Testamento, lancée par des spécialistes des nouvelles technologies – les deux frères fondateurs ont par le passé travaillé pour SofKinetic et Dassault Systèmes –, est pour l'heure composée de cinq personnes.

Le modus operandi du service imaginé par les deux complices consiste en l'enregistrement de son testament en ligne, qui débouche sur la génération d'un fichier PDF à recopier et à envoyer par courrier en vue de son enregistrement par un notaire membre du réseau Testamento. À noter que cette dernière étape est indispensable dans la mesure où un testament doit, pour être légal, être rédigé à la main, daté et signé par son auteur.

Reste cependant que l'initiative Testamento n'est pas toujours vue d'un bon œil par les professionnels, qui redoutent la démocratisation de l'acte.

Sources : 01net, 20minutes