TGV : palmarès des lignes avec lesquelles vous risquez d'arriver en retard

Article mis à jour le 

À en croire une étude du Parisien rendue publique mardi, les usagers ne seraient pas tous égaux en matière de retard, dans les TGV de la SNCF. Ainsi, si la ligne Lille-Marseille n'est autre que la première du classement, la ligne Paris-La Rochelle s'en sort quant à elle avec les honneurs.

Le Parisien a publié mardi un palmarès des lignes avec lesquelles il est le plus probable d'arriver en retard. Pour ce faire, le quotidien s'est appuyé sur des données jusqu'à présent confidentielles de la SNCF. Résultat, quelque 353 765 TGV ont circulé en moyenne en 2013 sur les 50 plus importantes lignes, parmi lesquels 11,7 % ont enregistré un retard.

Lille-Marseille, ligne la moins ponctuelle

Pas moins de 27,82 % de retard ont été observés sur la ligne Lille-Marseille, ce qui la place en tête du classement. Un pourcentage qui a même grimpé à 36,76 % en février, période la plus difficile de l'année. Juste derrière, se trouve Lyon-Marseille (22,71 %) et Lyon-Montpellier (21,09 %).

Il ne fait aucun doute que la gare de Lyon est un véritable nœud à retard, et pour cause : sept des dix plus mauvaises lignes passent par Lyon, et cinq rejoignent une ville méditerranéenne. Cependant, comme le met en évidence Le Parisien, il est bon de rappeler que 1 000 trains passent par la capitale des Gaules chaque jour, TGV, TER, Intercités et fret confondus. Ce qui fait que le moindre retard a un effet domino sur le reste des lignes.

Des trains souvent ponctuels en Bretagne et dans le Sud-Ouest

À l'opposé, les trains circulant sur les lignes reliant la Bretagne ou le Sud-Ouest respectent en général leurs horaires. Ainsi, seulement 6,63 % des TGV reliant Paris à Saint-Malo ont été en retard. De fait, elle prend la 48ème place, juste devant Paris-Lyon (5,62 % de retard) et Paris-La Rochelle (5,48 %).

Pour rappel, cependant, de nombreux travaux de modernisation du réseau, liés notamment aux intempéries, ont été réalisés en 2013.

À quoi faut-il s'attendre en 2014 ?

Pour la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut), il va être difficile pour la SNCF de limiter le nombre de retards. Car si les deux tiers des retards sont liés à des problèmes de matériel, le tiers restant est relatif à des causes indépendantes comme des actes de malveillance ou des suicides.

Quoi qu'il en soit, selon le dernier rapport de l'Autorité de la qualité de service dans les transports (AQST), les avions auraient fait preuve de moins de ponctualité que les trains en 2012.

La définition du terme "retard" est fluctuante

À la SNCF, on parle de retard à partir du moment où un train arrive en gare cinq minutes après l'horaire prévu pour un trajet de moins d'1h30. Mais pour les trajets entre 1h30 et 3h, le terme est valide à compter de dix minutes, et 15 minutes au-delà. Autrement dit, si l'on devait prendre en compte tous les trains ayant ne serait-ce qu'une minute de retard, le pourcentage moyen atteindrait 11,7 %, sur les 50 plus importantes lignes.

Sources : leparisien, 20minutes, qualitetransports