Aigle royal (Aquila chrysaetos)

Aigle royal
Aigle royal
Parmi les huit espèces d'aigles rencontrées en France, un seul est royal.


Quels sont les oiseaux que l’on peut, que l’on doit appeler aigles ?

La réponse est empruntée à Paul Giroudet et à son Guide des Rapaces diurnes et nocturnes d'Europe, Delachaux et Niestlé, éditeurs : "Faut-il appeler aigle tout rapace qui se distingue par sa grande taille, par ses armes cruelles et la hardiesse de sa chasse ?" A cette question, il répond qu'il existe des aigles de toutes tailles et aux tempéraments différents et que le critère qui doit être retenu par les ornithologistes est la présence de plumes sur les pattes, plus exactement sur les tarses. Il conclut que l'aigle de Bonelli et l'aigle botté sont, malgré leurs petites statures, des aigles. A l'inverse les oiseaux impressionnants par leurs dimensions que sont les pygargues, les balbuzards et les gypaètes n'en sont pas.

La liste des aigles visibles en France est la suivante :

  • aigle royal ;
  • aigle impérial ;
  • aigle des steppes ;
  • aigle criard ;
  • aigle ibérique ;
  • aigle pomarin ;
  • aigle de Bonelli ;
  • aigle botté.

Caractères généraux

Les aigles sont des rapaces diurnes. Ils sont d'excellents voiliers capables de planer très haut et sans efforts en se servant des ascendances. Ils ont une vue exceptionnelle. Ce n'est pas pour ça, et contrairement aux idées reçues, que grâce à leurs paupières, ils peuvent regarder le soleil sans ciller. Ils attrapent en général leurs proies en les capturant au sol. La puissance de leurs serres est redoutable.

La croyance selon laquelle ils auraient peur des roitelets ne peut être fondée que sur la jalousie des hommes dont ils sont pourtant les plus anciens compagnons de chasse.

Description de l’aigle royal (aquila chrysaëtos)

Aigle royal
Aigle royal

Chrysaëtos vient du grec et signifie doré en rapport à son plumage que certains voient néanmoins fauve en ne regardant que la couleur de la tête et de la nuque.

Comme pour beaucoup de rapaces la couleur de l'aigle varie les premiers temps en fonction de son âge. Adulte, sa tête et son cou sont brun fauve, les plumes sont lancéolées (plumes allongées en forme de fers de lance) de couleur brun doré avec des bordures plus claires allant presque jusqu'au blanc. Le bec est très puissant de couleur noire avec une racine grise et une cire (partie dont la peau est à nu et qui entoure le bec) jaune. L'iris est brun. Les pattes sont recouvertes de plumes roussâtres, les doigts sont jaunes.

Les poussins naissent recouverts de duvet blanc. Le premier plumage juvénile est plus sombre que celui de l'adulte mais il laisse apparaitre davantage de tâches blanches. Au cours des premières années et des quatre autres plumages successifs, le camaïeu de brun et les traces blanchâtres se modifie pour, vers 4 ou 5 ans, arriver à la livrée adulte.

Les femelles sont plus grandes et plus lourdes que les mâles, donc plus recherchées pour la fauconnerie.

La femelle mesure 70 cm, elle a une envergure de 220 cm et pèse jusqu'à 6,6 kg (jusqu'à 8 kg, pour les spécimens d'Asie centrale - Kazakhstan, Mongolie...). Le mâle mesure 65 cm, il a une envergure de 210 cm et pèse jusqu'à 4,4 kg (5 kg en Asie).

L'aigle royal est un montagnard que l'on rencontre toute l'année et qui niche dans les massifs du sud de la France, y compris en Corse. Attention à ne pas le confondre avec le gypaète barbu qui a une envergure encore plus impressionnante (jusqu'à 300 cm) qui est un charognard spécialisé dans le cassage des os et dont la silhouette est reconnaissable à la queue cunéiforme.

Les aigles adultes sont presque toujours muets. Les jeunes par contre, émettent des cris aigus pour supplier de la nourriture à leurs parents.

Nourriture

Couverture du Chasseur Français des années 50 représentant un aigle chassant un jeune chamois sur une vire
Couverture du Chasseur Français des années 50 représentant un aigle chassant un jeune chamois sur une vire

Il chasse en survolant son territoire parfois à très haute altitude. Il attaque ses proies à terre et souvent les précipite dans une vire. Il attaque les grands tétras, les lièvres, les renards, les chevreaux de chamois et d'isards ainsi que les petits cervidés (chevreuils ou faons de cerfs élaphes). Les marmottes constituent une grande partie de leur nourriture. Celles-ci sont constamment en surveillance à proximité de leurs terriers. A la moindre alerte, après avoir sifflé de façon véhémente pour prévenir leurs congénères, elles se réfugient sous terre.

Il saisit d'un pied sa proie pour l'immobiliser à hauteur des reins, de l'autre il la tue en enfonçant sa serre dans la boite crânienne. La puissance des serres est évaluée à 200 kg au cm².

Un aigle ne peut pas emporter dans les airs une proie dont le poids dépasserait les 2/3 du sien, de préférence en vol descendant, soit au maximum 4 kg, difficile alors de se saisir d'un enfant ! ...

Un aigle n'est pas un glouton, on a mesuré sa portion quotidienne à 300 gr de viande par jour.

Reproduction

Celle-ci commence dès que l'aiglon de l'année précédente a quitté le nid, soit en novembre ou en décembre. Commence alors un ballet aérien pour fournir en branchages les six ou sept aires susceptibles de servir cette année-là. Ce travail va durer trois à quatre mois. Le couple qui est fidèle dispose ainsi d'un choix pour répondre aux circonstances (climat et quiétude qui est primordiale). Les aires qui ne seront pas retenues serviront de charniers et de reposoirs nocturnes.

Les aires sont en général fabriquées sur des petits surplombs au milieu d'une falaise abrupte dominant bien le paysage. Elles sont faites d'un tapis d'une quarantaine de centimètres de branchages et ont environ un mètre de diamètre. La femelle y pond en général deux oeufs, très exceptionnellement trois, elle couve, sans être ravitaillée par le mâle, pendant six semaines. Pendant tout ce temps le nid peut être pillé en particulier par les grands corbeaux. Si le nid est inquiété, il est abandonné. Les petits ne naissent pas simultanément. Le premier à naître est la petite femelle. L'oisillon tue souvent son cadet pour pouvoir avoir accès à toute la nourriture.

Au bout de quatre semaines, le petit est laissé seul, les parents étant partis à la chasse. Sa dernière phase de croissance est occupée par des exercices de vol sur place, en particulier des battements d'ailes. Il fait le grand plongeon à l'âge d'environ quatre-vingt jours mais reste dépendant jusqu'à la fin de l'automne.

Un aigle peut vivre jusqu'à plus de quarante ans.


Article réalisé par Jean-Pierre Fleury.