Comment devenir gestionnaire de paie

Devenir gestionnaire de paie
Devenir gestionnaire de paie
Dans les entreprises, la réalisation des bulletins de salaire est confiée aux gestionnaires de paie. Une profession qui réclame de solides connaissances en droit, en comptabilité et une bonne dose de discrétion.


Que fait un gestionnaire de paie ?

Spécialiste du bulletin de salaire, la mission du gestionnaire de paie consiste à élaborer des fiches de paie pour chaque salarié de l’entreprise.

Il doit pour cela calculer la rémunération de chacun en fonction de la législation en vigueur, de la convention collective et de l'accord d'entreprise. Il est chargé de gérer les soldes de tout compte, de calculer les indemnités de fin de contrat et éventuellement d’assurer le suivi des absences et des congés.

L’édition d’une fiche de paie suppose donc de bien connaître les déclarations sociales (cotisations, Urssaf, caisses de retraite, mutuelles...) et de savoir calculer les charges sociales.  Le gestionnaire de paie effectue ainsi une veille constante sur les évolutions juridiques et réglementaires de ce secteur.

Enfin, le gestionnaire de paie se tient à la disposition des salariés pour toutes informations relatives au bulletin de salaire.

Quelles qualités requises ?

L’élaboration des fiches de paie suppose la maitrise parfaite des outils et des logiciels informatiques liés à la paie et de connaissances précises et actualisées en droit social.

Organisé et rigoureux, un gestionnaire de paie doit, par ailleurs, rester discret et disposer de sens relationnel.

Salaires et perspectives d’évolution

Le salaire d’un gestionnaire de paie oscille entre 24 k€ annuels en début de carrière à plus de 29 k€ par la suite. Après quelques années d'expérience, la profession peut évoluer vers des postes de responsable de paie ou de Ressources Humaines.

Formation pour devenir gestionnaire de paie

Un gestionnaire de paie dispose généralement d’un Bac +2 ou +3 en paie, gestion des entreprises, comptabilité, ressources humaines ou droit social.

Une expérience de cinq à six ans en cabinet d'expertise comptabilité est fortement appréciée.