Culture biologique des légumes

Bannissez les engrais chimiques pour cultiver bio
Bannissez les engrais chimiques pour cultiver bio
Né en réaction à la "mal bouffe" et à la dégradation du milieu naturel par les méthodes conventionnelles, le potager bio connaît un succès croissant. Ses méthodes : bannir les pratiques agressives pour l'environnement tout en améliorant la qualité des légumes.


Le potager biologique, c'est quoi ?

Le potager bio interdit l'usage des engrais chimiques et propose comme alternative des méthodes douces qui ont fait leurs preuves. Elles consistent à ne produire que des légumes adaptés au climat et au type de sol de la région.

L'intérêt : plus besoin de travailler continuellement le sol, de gaspiller de l'eau, des fertilisants et de l'énergie de façon aussi coûteuse que dangereuse pour l'environnement local.

Pour en savoir davantage sur les bienfaits des produits biologiques, consultez notre fiche Pourquoi manger bio ?.

Travail du sol et fertilisation

Le sarclage
Le sarclage

Le sarclage : partant du principe qu'un sol labouré en profondeur perd sa fertilité et nécessite des apports importants en engrais (par ailleurs nuisibles aux nappes souterraines), la préparation du sol est repensée. Un simple sarclage suffit aux plantes pour s'enraciner et aller puiser les éléments nutritifs conservés dans la terre, sans autres exigences.

Les engrais verts : le semis de plantes riches en éléments nutritifs (vesce, moutarde, luzerne) puis leur enfouissement sur le lieu d'une culture à venir fertilise le sol et améliore sa structure.

Le compostage : réalisé en faisant fermenter pendant plusieurs mois des déchets végétaux du jardin, il permet d'obtenir un terreau riche et de grande qualité.

Irrigation raisonnée

Optez pour un récupérateur d'eau
Optez pour un récupérateur d'eau

Elle passe par un arrosage abondant mais espacé, plutôt qu'à des apports d'eau quotidiens faibles et inutilement coûteux. La récupération de l'eau de la gouttière des toitures offre une eau gratuite et sans chlore, et permet de limiter le recours aux nappes phréatiques.

L'utilisation de paillis (feuilles mortes, copeaux de bois, écorces...) élimine les mauvaises herbes, conserve le sol humide plus longtemps, donc diminue la fréquence des arrosages.

Phytoprotection et rotation des cultures

Ortie
Ortie

Les insecticides issus de l'industrie, en particulier les pesticides de synthèse, sont bannis de l'agriculture bio. Les produits naturels (purins et décoctions de prêle, d'ortie, etc.) les remplacent efficacement.

NB : consultez également notre fiche : Pesticides : 5 points clés pour en éviter les dangers.

La rotation de cultures consiste à déplacer les cultures chaque année d'une parcelle à une autre pour éviter la prolifération des insectes ravageurs et de germes de maladies, très souvent associées à une famille de plantes.

Les fertilisants bio (poudre d'algue, cendre...) renforcent la résistance naturelle des végétaux aux ravageurs.

Les cultures associées ont un rôle bénéfique : ainsi certaines familles de légumes, cultivées côte-à-côte, offrent de meilleurs rendements, tout simplement parce qu'elles se plaisent ensemble.

Choix des espèces

Plantes de terrain sec
Plantes de terrain sec

Les variétés de légumes obtenues par croisement en laboratoire, les OGM (organismes génétiquement modifiés), les semences enrobées (d'insecticides) sont proscrites en culture biologique. Les jardiniers bio n'utilisent que des semences certifiées bio chez un fournisseur de semences spécialisé.

Consultez notre fiche Repérez les produits qui contiennent des OGM pour en savoir plus.

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".