Jardinage : attention aux ravages des araignées rouges en février

Article mis à jour le 
À l'approche de mars, il est déjà temps de préparer l'arrivée du printemps, et de ne pas relâcher ses efforts pour conserver ses plantes d'intérieur bien vivantes.


Fin février début mars : climat capricieux, températures changeantes

Bien que la température gagne quelques degrés chaque jour, il fait encore très froid. Et pourtant, le cycle des plantes leur indique que le printemps arrive. Ainsi, pour maximiser la durée de vie de vos plantes, mettez-les en conditions favorables. Si vous avez des plantes à l'intérieur de chez vous, placez-les près d'une fenêtre orientée vers le sud, pour leur donner le maximum d'ensoleillement, qui favorisera une bonne photosynthèse.
Qui dit soleil dit chaleur. Réglez le thermostat de vos radiateurs afin que la température soit comprise entre 15°C et 18°C. Attention, faites bien en sorte que le feuillage ne touche pas les carreaux de vos fenêtres, cela pourrait provoquer un choc thermique, la plante baignant dans la chaleur reçoit une grande fraicheur à un endroit spécifique. Elle tenterait donc de lutter contre ce dérèglement et pourrait perdre ses feuilles du coté de la vitre, voire en mourir pour les moins résistantes. Dans un environnement  chaud et sec, la prolifération de petites araignées rouges appelées tétranyques est à craindre.
 

Risque de présence d'acariens ravageurs

Leur arrivée se fait généralement en été, car elles aiment la chaleur et la sécheresse. Or avec le début du printemps, elles prolifèrent en Février-Mars, sur les plantes d'intérieur, car il y fait bon, chaud et sec. Ces petites bêtes ne sont pas des insectes, mais des acariens, ne mesurant pas plus d'un millimètre pour les plus gros. Il vous sera donc difficile de les voir. Il faut être vigilant car ces acariens prolifèrent rapidement, et peuvent endommager vos plantes : leurs toiles tissées sous les feuilles empêchent la respiration de la plante et limite sa croissance et son épanouissement. La floraison est ainsi compromise. Les feuilles jaunissent et sèchent, la plante meurt petit-à-petit.
 
Vous pourrez savoir si vous êtes victime de ce fléau en observant les feuilles : si elles sont tachetées de blanc ou de jaune, petites taches parsemées, ou que de petites toiles se tissent peu à peu en dessous des feuilles, vous avez chez vous une colonie de tétranyques. Si c'est le cas, il existe des traitements rapides, bon marché et écologiques. Commencez par isoler les contaminées des saines, pour limiter les risques de pandémie.

Comment se débarrasser des tétranyques

Tout d'abord, si vous avez ces acariens, c'est à cause de 2 facteurs environnementaux : l'air sec et une atmosphère chaude. Ainsi, commencez par éloigner les plantes attaquées de toute source de chaleur, puis  humidifiez la pièce et vos plantes. Dans un second temps, stérilisez le matériel. Pour ce faire, passez les tuteurs et les pots à l'eau savonneuse. Si possible, ne remettez pas le tuteur avant la fin des opérations.
 
Vous pouvez également vaporiser vos plantes attaquées avec différentes recettes maison. La première consiste à diluer une cuiller à soupe de savon sans phosphate dans un litre d'eau, et vaporisez le tout sur votre plante. La seconde solution est de mettre deux gousses d'ail dans un litre d'eau et de laisser macérer 24h. Videz l'eau filtrée dans le pot, et vaporisez sur les feuilles. Ainsi, l'eau savonneuse empêche les araignées rouges de ronger votre plante et l'ail, une fois ingéré repoussera les acariens. L'un ou l'autre traitement choisi, il ne devra être effectué que deux fois par semaine maximum. Si vous faites les deux, une fois chacun suffit. Le traitement devra être répété tous les 5 jours, pendant 3 à 4 semaines.