Cœur artificiel : le second patient mène désormais une "vie normale"

Article mis à jour le 

Le second patient disposant d’un cœur artificiel Carmat implanté en août dernier a regagné son domicile courant janvier, selon le concepteur de l’appareil Alan Carpentier.

Voilà 5 mois que le second cœur artificiel Carmat a été implanté – c’était en août dernier à Nantes. Après cette longue période d’hospitalisation, le patient de 68 ans concerné est rentré chez lui le 2 janvier pour reprendre le cours de sa vie. C’est en tout cas ce que vient d’affirmer dans un communiqué la société Carmat ayant mis au point l’appareil.

À noter le patient en question a d’abord reçu une formation au fonctionnement du dispositif d’alimentation "portable, électrique et silencieux" de son cœur Carmat. Et de rappeler qu’il s’agit du système d’alimentation pour cœur artificiel le plus léger au monde : les deux batteries contenues dans un boîtier de contrôle pèsent en tout 3 kg. De quoi garantir aux personnes concernées mobilité et autonomie. Et pour cause : le patient de 68 ans s’est rendu chez son fils à 70 km sans aucune assistance. Courant octobre, la société Carmat avait déjà fait savoir que ce dernier était déjà en mesure de se déplacer seul et de faire du vélo d’appartement.

En décembre 2013, une première prothèse avait été installée sur un malade de 76 ans, Claude Dany. Mais celui-ci avait trouvé la mort 74 jours plus tard. Les causes de ce décès sont nombreuses : l’âge, le mauvais état des reins et la maladie plus avancée de celui-ci – les spécialistes ne lui donnaient pas plus de quelques semaines à vivre – avaient alors été déterminants. Raison pour laquelle Carmat a préféré choisir un malade plus jeune pour la seconde opération, et dont l’état des poumons était bon.

Sources : lemonde, lci