3 astuces pour tester votre cœur et limiter les risques

Article mis à jour le 

Il ne suffit pas de prendre son pouls pour évaluer son risque cardiovasculaire. Il faut également se poser les bonnes questions, en commençant par se pencher sur son hygiène de vie. Voici quelques conseils.

Tous les ans, 747 000 Français décèdent des suites d’une pathologie cardiovasculaire, soit 400 au quotidien – il peut alors s’agir d’un infarctus, d’une rupture d’anévrisme ou d’un AVC. D’autre part, les Français sont un peu plus de 30 % à risquer l’infarctus. Toutefois, il est largement possible de réduire ces risques. C’est en tout cas ce que met en évidence la Fédération française de cardiologie (FFC), qui a mis en ligne un questionnaire rapide permettant d’évaluer son cœur, et son risque cardiaque.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’idée n’est non pas de prendre son pouls. D’ailleurs, la FFC rappelle que cette prise ne fournit en réalité pas de renseignements particuliers pour prévenir un infarctus. Voici ce qu’elle conseille.

Inutile de faire du jogging muni d’un cardio-fréquencemètre

Les cardiologues de la fédération considèrent que le fait de s’assurer que son cœur n’accélère pas trop à l’effort n’est pas crucial. Pourquoi ? Parce que ce sont les personnes à risque qui ont des problèmes cardiaques, et ce sont elles qui devraient porter un cardio-fréquencemètre. En pratique, le rythme cardiaque ne doit dans ces conditions pas dépasser 75 % de la fréquence maximale, soit 220 moins l’âge, soit 200 à 20 ans, et 170 à 50 ans. Pour les autres, le principal est de faire confiance à son ressenti et à son souffle.

Pratiquer une activité physique chaque jour

Afin de faire baisser son risque cardiovasculaire, il est conseillé de pratiquer une activité physique au quotidien, par exemple en continuant à courir. Une telle habitude a pour conséquence de bonifier le profil du cholestérol en diminuant le taux du mauvais, entre autres relatif à une alimentation comportant beaucoup de graisses animales, et d’augmenter le bon. En outre, cette activité réduit la tension. Rappelons que l’hypertension, notamment induite par le stress, est à l’origine de petites déchirures des artères. Dernière chose : ne pas oublier que le cœur est un muscle qui doit travailler pour mieux se porter.

Le tout est de faire une activité prolongée d’au moins trente minutes d’affilée au quotidien. Une obligation cependant pas toujours évidente à appliquer en marge d’une vie active. Dans ce cas, la solution peut être de diviser les efforts, en optant par exemple pour les escaliers plutôt que l’ascenseur ou l’escalator. De même, vous pouvez choisir de descendre du métro une station plus tôt.

Ne pas fumer (du tout)

Il faut savoir que le tabac entraîne la coagulation du sang, et peut créer des caillots dans les artères coronaires, induisant alors un infarctus du myocarde. Un phénomène observable quel que soit le nombre de cigarettes fumées par jour. À noter par ailleurs que 85 % des infarctus des personnes de moins de 45 ans sont relatifs au tabac.

Résultat, le fait d’arrêter la cigarette, de changer son hygiène de vie et de pratiquer une activité physique régulière permet de diminuer le risque cardiovasculaire de 80 %.

Sources : fedecardio, santelog