Connaissez-vous la crèche associative pour parents en difficultés ?

Article mis à jour le 

Imaginez une crèche où on accueille en priorité les enfants des personnes en situation de précarité, en passant avec eux un contrat d'insertion professionnelle et, si besoin, en leur donnant accès à une formation. C'est le but de l'association "Institut d'éducation et de pratiques citoyennes", qui gère 9 crèches en région parisienne, basées sur le modèle de l'association reconnue "Entreprise sociale et solidaire" : permettre aux personnes de sortir du chômage, en s'occupant de leurs enfants pendant qu'ils vont chercher du travail et/ou qu'ils commencent une formation.

L'association "Institut d'éducation et de pratiques citoyennes" (IEPC) est à l'origine de cette initiative, qui s'est concrétisée en 2003 à Bagneux (92) avec une première structure : "Arc-en-ciel". Depuis, l'association a développé d'autres crèches, sur le même modèle, à Aubervilliers (93), Antony (92) et Bezons (95) par exemple, qui s'appellent respectivement "Scoubidou", "Pirouette" et "Caramel". Chaque fois, la moitié des places disponibles sont réservées aux enfants des parents sans emplois, qui ne pourraient pas avoir de places dans le système "normal". Pour bénéficier de l'aide de l'association, il faut signer un contrat pour 3 mois avec l'obligation de chercher du travail, ou de suivre une formation si aucune proposition d'emploi n'a été trouvée.

Un accompagnement de 6 mois qui abouti à 85 % d'embauches

Si, au bout de 3 mois, le parent n'a trouvé ni travail, ni formation, il est possible de renouveler le contrat de 3 mois. Dans les faits, 85 % des familles qui sont aidées par l'association, souvent monoparentales, se retrouvent employées avant l'arrivée à terme du deuxième contrat. Selon la directrice de Pirouette, la crèche d'Antony : "La crèche est un tremplin dans la société. Les parents retrouvent cette sérénité qui les rapproche des autres parents". Les structures de l'IEPC ouvrent aussi plus longtemps que les crèches traditionnelles (14h par jour, au lieu de 11h). Mais au terme des 6 mois, soit les parents ont trouvé un travail ou une formation, auquel cas la place de l'enfant est pérennisée, soit les parents n'ont rien trouvé et il faut laisser la place. Car, pour chaque parent qui en fait la demande, la liste d'attente est longue.

Le plus de ce réseau est surtout l'accompagnement vers l'emploi qu'il dispense aux personnes en difficulté, en les orientant vers des cycles de formation et des chantiers d'insertion, notamment les femmes vers des métiers d'auxiliaires de vie ou d'aide à la petite enfance. Les femmes étant bien plus nombreuses à s'occuper seules de leur famille, elles sont de fait les premières à recevoir l'aide de l'IEPC. En se concentrant sur leur sort, l'association permet de mettre en lumière, et d'apporter un début de réponse au problème rencontré par de nombreuses femmes : avoir un enfant en bas âge, pour beaucoup d'entre elles, est un véritable handicap professionnel. L'avenir est peut-être à ce nouveau concept, qui a déjà 10 ans : les crèches à "vocation d'insertion professionnelle".

Adresse IEPC Sartrouville : 102 avenues Maurice Berteaux - 78 500 Sartrouville

Tel : 0139132361

Sources : Libération, Casamape, Le Parisien