Le constat amiable débarque sur smartphone le 1er décembre

Article mis à jour le 

Le constat amiable s’apprête à passer au format numérique. Dès le 1er décembre prochain, les détenteurs d’un contrat d’assurance auto pourront en effet y recourir pour déclarer leur sinistre en quelques minutes via une application dédiée.

Après cinquante années de bons et loyaux services, le constat amiable se dématérialise. À compter du 1er décembre, les personnes disposant d’un contrat d’assurance auto ne seront ainsi plus contraintes de rechercher avec empressement dans leur boîte à gants le fameux formulaire pour déclarer un accident matériel. Pour ce faire, celles-ci pourront recourir à un "e-constat auto" en passant par une nouvelle application identique pour la totalité des assureurs. De sorte que la déclaration d’un sinistre ne prendra désormais pas plus de quelques minutes. Une façon aussi d’optimiser leur traitement pour les assureurs.

Qui pourra utiliser ce nouveau système ?

L’ensemble des automobilistes immatriculés et assurés en France, qu’il s’agisse de la métropole ou des départements d’outre-mer, pourront en bénéficier. À noter toutefois qu’il faudra évidemment disposer d’un smartphone disposant d’un abonnement internet et tournant sous iOS ou Android pour en profiter.

Quelles assurances proposeront le système ?

Toutes les compagnies d’assurance françaises sont concernées, aussi bien celles affiliées à la Fédération Française des Sociétés d’Assurances (FFSA) – c’est le cas d’Allianz, Axa, Gan, ou encore Generali – qu’aux assureurs mutualistes (Gema) – comme la Maif, la Macif, la Maaf ou la MAE.

Quid du lancement du dispositif ?

Gratuite, l’application e-constat sera disponible en téléchargement sur l’Apple Store pour iPhone et iPad, et sur le Google Play pour les appareils Android dès le lundi 1er décembre. Son utilisation s’annonce simple et reprendra les rubriques du constat amiable classique, en sept étapes. Néanmoins, sachant que des informations personnelles comme les coordonnées, le numéro de contrat d’assurance ou l’immatriculation du véhicule doivent être renseignés, mieux vaut ne pas attendre la dernière minute pour l’installer.

Dans quelle situation pourra-t-on y recourir ?

C’est seulement lorsque l’accident n’est que matériel et n’a entraîné aucun dommage corporel que l’application est de rigueur. En outre, il n’est pas possible de l’utiliser dans le cas où l’accident implique un véhicule ayant pris la fuite ou immatriculé à l’étranger.

Quoi qu’il en soit, le constat papier n’est pas encore prêt de tirer sa révérence, et les deux formats vont exister de concert. Quelque 5 millions de constats sont remplis tous les ans.

Sources : lexpress, begeek