Le désert, ce lieu verdoyant où il fait bon vivre

Article mis à jour le 

N'est-ce pas le rêve humain de transformer les déserts en grandes étendues d'herbe bien grasse ? De parvenir à rentabiliser tout cet espace, occupé par les étendues de sable, en en faisant des champs ? Imaginez certaines zones d'Afrique, non plus réputées pour leur sécheresse mais pour leur végétation. Ce rêve, peut être un peu fou, semble pourtant devenir réel.

Qui a dit que le désert se reconnaissait par l'absence de végétation ? Une équipe de chercheurs australiens a étudié la végétation de leur île et les caractéristiques atmosphériques de certaines zones arides. Durant ces 30 dernières années, ils ont constaté que la végétation s'est diversifiée et que l'herbe a poussé dans les déserts.

Leur étude, portant sur l'évolution de la végétation de 1982 à 2010, a permis de constater que les feuillages (arbres, buissons, herbes…) se sont intensifiés, épaissis. Attention, il ne s'agit pas d'un nombre plus importants d'arbres, mais de feuillage plus touffu. Chaque végétal s'est davantage développé, avec plus de branches et plus de feuilles, si bien que la densité générale a augmenté de 11 %. Mais ce phénomène ne concerne pas uniquement l'Australie : il se produit dans toutes les zones arides du monde.

Désert verdoyant

Et dans 30 ans, ça donnera quoi ?

Dans certaines zones d'Afrique, au Moyen-Orient ou encore dans le sud des Etats-Unis, vers le Texas et son célèbre désert, de la végétation pousse peu à peu malgré les hectares de poussière et le soleil brûlant. Ce phénomène, assez incroyable et plutôt paradoxal, est dû au réchauffement climatique. En effet, ce réchauffement provoque une hausse du gaz carbonique, dont les plantes ont besoin pour la photosynthèse. Plus les années vont passer, et plus le réchauffement climatique s'intensifiera. Alors le taux de CO² augmentera, et la verdure avec lui. De plus, le dioxyde de carbone favoriserait l'évolution des plantes qui en consomment beaucoup, leur permettant alors d'avoir de plus grandes racines, ou peut être des fleurs plus sophistiquées.

D'après le modèle créé par les scientifiques, la végétation s'intensifie de 5 à 10 % à mesure que le taux de CO² augmente de 14 %. En d'autres termes, les déserts pourraient en théorie devenir, si ce n'est luxuriants, du moins verdoyants. Cependant, le réchauffement climatique provoque aussi un changement atmosphérique. Et les paramètres de la photosynthèse sont nombreux et compliqués. Si ce phénomène évolue depuis 30 ans, il semblerait néanmoins éphémère. Le Sahara comme nouvelle Terre Promise reste donc, a priori, un rêve un peu fou.

Sources : Huffington Post ; Futura Sciences