Les jeunes conducteurs se laisseraient plus facilement distraire que leurs ainés

Article mis à jour le 

Une étude menée par des chercheurs de l’Université du Michigan indique que les jeunes sont ceux qui se laissent le plus facilement distraire au volant.

Alors que l’alcool et la vitesse excessive sont parmi les principales causes de mort sur la route chez les personnes âgées de 18 à 24 ans, une étude publiée dans le Journal of Adolescent Health vient ajouter les distractions à la liste. Pour le professeur Richard Bingham, auteur de l’étude, c’est un phénomène qui peut prendre de nombreuses formes, qui vont de l’appel téléphonique à la conversation avec le passager.

Des risques d’accidents multipliés par six

Pour les besoins de l’étude, les chercheurs ont installé des caméras dans 52 voitures de jeunes conducteurs volontaires. Conclusion : les distractions au volant pousseraient les jeunes à prendre plus de risques que les adultes.

Selon le Dr Bingham, les adultes se laisseraient distraire moins longtemps et resteraient focalisés plus longtemps sur la route que les jeunes, qui auraient tendance à "la regarder sans la voir". Les sources de ces distractions sont multiples : parfois, c’est un appel téléphonique, mais il peut aussi s’agir de pensées, au sujet des cours ou des amis, que le jeune rumine. Toutefois, l’étude souligne que les amis présents dans l’automobile jouent un rôle très important dans la distraction du conducteur : l’analyse des vidéos enregistrées par les caméras révèle que les risques d’accidents sont multipliés par six en cas de conversation animée. Inversement, lorsque le jeune conducteur est accompagné par un adulte, il aurait tendance à prendre moins de risques que s’il était accompagné de personnes de son âge.

D’après les chercheurs, la prévention contre les distractions va ainsi devenir un enjeu de sécurité routière aussi majeur que la mobilisation contre l’alcool au cours des années à venir. D’autant plus que les conducteurs plus âgés sont tout aussi sensibles aux distractions que les jeunes…

Sources : Le Figaro, Pratique.fr, Journal of Adolescent Health