Le "piqûre-o-mètre", pour classer les piqûres d'insecte selon la douleur

Article mis à jour le 

En vacances, une chose peut gâcher le séjour : les attaques d'insectes. Et ce d'autant plus lorsque l'on part en voyage à l'étranger et que l'on ne connait pas les animaux qui nous attendent. Au cours de sa vie, Justin Smith a été attaqué par plus de 150 espèces différentes d'insectes et autres arachnides.  Ce chercheur à l'Institut de Biologie d'Arizona a donc décidé d'établir un classement des différentes douleurs.

L'échelle de douleur comporte 4 niveaux, avec 0 signifiant aucune douleur. Si le premier échelon correspond à une douleur mineure, le dernier, quant à lui, est illustré par une souffrance si forte qu'on en lâcherait son verre, voire qu'on le lancerait à travers la pièce dans laquelle on se trouve. Selon Smith, on sait immédiatement lorsque l'on a atteint l'échelon 4 : ce serait comme une décharge de 20 000 volts qui vous fait hurler de "douleur et d'agonie".

Une classification objective de la souffrance

L'échelon 1 correspond à une douleur "mineure", soudaine et éphémère, pouvant devenir alarmante et perçante. Elle est illustrée par la fourmi de feu : l'une des plus nuisibles et agressive des fourmis. Si vous voyagez en Amérique du Sud, au Sud des États-Unis ou en Asie, vous pourrez en rencontrer. Attention toutefois, la fourmi de feu attaque en masse.

La fourmi de feu : l'une des plus agressive des fourmis

A l'échelon 2, on retrouve les piqûres de guêpe, d'abeille, de bourdon et de frelon européen. La douleur est plutôt chaude, comme une brûlure qui se répand sous la peau, amenant les larmes, mais s'estompant peu à peu. Vous avez certainement déjà connu cette douleur, ces insectes étant présents en France et en Europe.

Les piqûres de guêpe ne snt qu'à l'échelon 2

L'échelon 3 correspond à une douleur plus vive et électrique, difficilement soutenable, pouvant dépasser les 15 minutes sans diminuer d'intensité. Elle est provoquée, par exemple, par le venin de la fourmi de Velours, au Sud des États-Unis, la guêpe à papier, très observée au Canada, ou encore la fourmi Moissonneuse, appelée aussi Tueuse de Vache.

La fourmi de Velours est appelée ainsi à cause de son pelage : c'est un hybride mi-fourmi mi-guêpe

Enfin, au dernier niveau de douleur, arrivent les insectes dont la piqûre ou la morsure provoquent une souffrance intolérable, pouvant durer plusieurs heures (jusqu'à 24 heures en continu). Plus qu'une piqûre, c'est une blessure à vif, qui "donne envie de mourir". Parmi ces animaux, la guêpe Guerrière, monstrueuse, mesurant 4 centimètres de long, qui vit en Indonésie. Elle est est l'un des meilleurs exemples, avec la guêpe Faucon de Tarentule (appelée aussi Pepsis). Mais il y a bien plus douloureux...

La guêpe Guerrière a été découverte en 2011

A la tête du classement de Smith, à la limite entre le niveau 4 et le niveau 5 - si celui-ci existait -, on découvre la fourmi Balle (Bullet Ant) appelée ainsi car sa morsure est comparable à une balle de fusil dans le corps. Malgré cela, cette fourmi n'est pas mortelle. Elle est même utilisée pour des rites d'initiation dans certaines tribus d'Amazonie. Très présente en forêt équatoriale et amazonienne, il n'y a, a priori, aucune raison de la rencontrer en vacances.

La morsure de la fourmi Balle est comparable à une balle de fusil

Douleur n'est pas synonyme de danger

Sachez qu'aucun insecte ne dispose de suffisamment de poison pour tuer un Homme (à la différence d'autres animaux). En revanche, les allergies, les attaques en masse ou une douleur trop insupportable, peuvent faire s'arrêter le cœur.

Toutefois, certains insectes transportent des maladies, comme les moustiques (l'insecte le plus dangereux) ou les mouches, avec le paludisme, la malaria, la maladie du Sommeil… Dans ces situations, la mort est indirecte.

Outre les insectes, existent les arachnides qui, elles, sont dangereuses : les araignées et les scorpions font plusieurs centaines de morts chaque année.

Cependant, en France, où que vous alliez, araignées comme scorpions sont inoffensifs. Seule une araignée, la veuve noire à points rouges, détient un venin puissant –mais non mortel–, provoquant douleur intense, sueurs, tachycardie et fatigue. Dans certains cas, il peut attaquer le système nerveux (hallucinations, troubles du comportement). Présente dans le sud de la France, la Veuve Noire Corse se rencontre aussi en Provence et le long de la façade Atlantique. Elle n'est, cependant, pas mortelle, et son venin s'estompe de lui-même en quelques jours.

La veuve noire à points rouges est observée en France

Sources : Paris-Match ; Pest Control ; Healthmedicinet et Insectes.org